Vous l’attendiez depuis le début du mois, les yeux rivés sur votre écran dans un mélange d’excitation et d’angoisse, prêts à réserver encore plus rapidement que pour le dernier concert de Byoncé. Nous y voilà, l’heure de vérité, ce moment où vous allez rejoindre la grande fraternité des plus stupides des traileux : l’ouverture des inscriptions à la Rando TT Pirate 2017 !

 Histoire d’être clair et efficace (pour une fois), on va fonctionner façon foire aux questions du coup !

La rando Pirate c’est quoi ?

La rando Pirate c’est une balade trail off-road conçue et organisée par notre petite bande de copains bénévoles dans le cadre de l’Association Vie de Motard. On fait ça sur notre temps libre, par passion – tout comme ce site – et donc on fait… comme on veut ! Si personne ne vient bah tant pis, nous ce qui nous importe, c’est de rouler avec des gens sympas.

Après l’édition de l’an passé au parcours court mais hard core à souhait entre neige, bourbier et dénivelés de frappadingues, nous avons décidé de changer complètement de délire cette année. On revient aux origines du trail : 350 km et des brouettes à effectuer en 2 jours avec un bivouac sauvage la nuit du samedi. Donc en gros, on va partir par groupes de 4 à 6 pilotes, avec tout le barda de camping sur les motos et… à l’aventure ! Le parcours sera beaucoup moins technique que l’an passé même si l’on vous a réservé quelques passages de « solidarité obligatoire » qui devraient rester dans les annales.

Pourquoi ce changement de cap ? J’ai déjà tout expliqué dans cet article →   

Pour quelles motos ?

Si l’an passé la trace était vraiment cruelle pour les maxi-trail, cette année, ça passe de partout promis ! Si si j’te jure ! Là encore, on est sur du vrai trail spirit donc essentiellement du chemin carrossable. Niveau moto tout devrait faire l’affaire à condition d’être OBLIGATOIREMENT équipé de pneus à tétines. Oui, la Haute-Loire, en cette saison, c’est gras. Et un pachyderme type GS Adventure chargé, c’est lourd. Alors pensez aux copains qui vont devoir vous pousser : ayez de l’adhérence ! 

Si les « grosses » sont les bienvenues, les « petites » le sont aussi : de la 125 Pampera en passant par des bécanes d’enduro ou encore des trials de rando c’est open ! Prenez juste en compte le fait que vous allez devoir transporter votre tente, duvet, bouffe, etc dessus. A moins que vous ayez un copain en maxi-trail vraiment gentil. Je demande juste aux brêles d’enduro (surtout en deux-temps) d’y aller mollo sur le sonomètre. On est là pour montrer que la moto, la randonnée pédestre (on empruntera le Compostelle parfois) et même équestre peuvent vivre en bonne intelligence sur un même territoire.

Niveau essence – l’habituelle question des petits réservoirs – on a des possibilités de faire le plein à environ tous les 50 km du parcours en dérivant pas trop de la trace. Bon. Si vous ne voulez pas vous faire haïr par votre groupe de roulage prévoyez au moins 100 bornes d’autonomie quoi. Après je dis ça, je dis rien…

Chuis pas trop nul(le) pour suivre ?

Non ! La Rando Pirate tout le monde peut la faire, même le dernier des poireaux qui n’a jamais fait de TT ! Le parcours n’est pas facile, ce n’est pas du promène couillon, les bons comme les moins bons vont forcément y transpirer à un moment donné mais ça va aller. Pourquoi ? Parce que tu n’es pas seul. Tu seras dans un groupe avec au minimum le Dirty-guide qui sera un traileux expérimenté. Donc en se serrant les coude (et un peu les dents) tu vas y arriver j’en suis sur ! Notre antédiluvien Alain Berthet sur son 650 Dominator pourra en témoigner : nous l’avons littéralement porté les derniers kilomètres de l’édition 2016 mais il est allé jusqu’au bout ! C’est ça qui est beau !

Par contre, qu’on soit bien d’accord, s’il y a bien un « profil » que je ne veux pas voir à la Rando pirate c’est le kéké se sentant obligé de prouver à tout le monde qu’il est le plus beau et le plus fort en avoinant comme un abruti. C’est une rando. Rude certes, mais ça reste une balade et pas un rallye-raid. Que celui qui veut faire la course aille s’inscrire à la Gilbratar Race ou à la Spartan, là il aura des vrais « adversaires ». Ici c’est une sortie de copains. Avec les Dirty-guides on se réserve le droit de virer séance tenante tout participant n’ayant pas un comportement respectueux des chemins et de ses camarades de galère.

Comme je vous le disais plus haut, c’est une rando de bénévoles passionnés donc on a l’immense privilège de ne pas avoir à s’emmerder à supporter les cons.

C’est quoi le parcours ?

Mamamia. Vous allez voir du pays les amis ! Pradelles, le Lac de Naussac, les gorges de l’Allier, le lac du Bouchet, les méandres abrupts de la Loire et les hauts plateaux du Mézenc balayés par la Burle. Les participants de l’an passé reconnaîtront de nombreux passages (mais que l’on fera en sens inverse, ça va être drôle) – dont l’inévitable viaduc du Monastier – mais explorerons de nouveaux coins aux paysages sublimes. A condition qu’ils soient visibles malgré la pluie et le brouillard qu’on a de fortes chance de se taper en cette saison.

Pas de « variantes » : Un seul et unique parcours pour tous et tous les niveaux. Je vous l’ai dit, on n’est plus dans du hard-trail mais dans de l’authentique.

Et no stress pour la trace si tu n’as pas de GPS : Chaque groupe à un guide qui s’occupe du tracé (enfin, il va le découvrir en même temps que vous donc quelques petits moments d’égarements ne sont pas à exclure…)

C’est quand ?

Parce que bibi sera à peine remis du Moto Tour et parce que ça tombe pile au milieu de ses vacances de fainéant de prof, la date a été arbitrairement fixée les  27, 28 et 29 octobre.

  • Vendredi 27 à partir de 16h : Accueil des pilotes sur le paddock. Breifing et apéro façon auberge espagnole. Dodo en gîte ou sur place, vous vous débrouillez.
  •  Samedi 28 octobre : Départ du premier groupe de roulage à 7h30. Les autres suivront à quelques minutes. Roulage jusqu’à la nuit ou jusqu’à l’épuisement. Bivouac sauvage.
  • Dimanche 29 octobre : Fin du parcours (entre 12 et 14h si tout va bien d’après mes estimations qui seront fausses). Remontage des bécanes sur les remorques et dans les camions. Nettoyage du paddock histoire de laisser le pré du copain propre et retour à la maison à temps pour le JT.

C’est où ?

Vous connaissez tous l’Auvergne, Clermont-ferrand toussa. Bon et ben en bas à droite, juste au dessus de l’Ardèche, il y a ce petit coin de paradis mécanique que l’on appelle la Haute-Loire. Je ne sais pas encore dans quel champ nous nous retrouverons (je « baliserai ») mais ce sera dans un triangle entre Barges, Arlempdes et la Sauvetat. A 15 km au Sud du Puy-en-Velay donc pour ceux qui n’ont pas google maps.

Bref, quelque part au milieu de la France quoi.

On mange et on dort comment ?

Tiens, tiens , tiens, si tu te demande ça c’est que tu n’as pas tout lu : bivouac sauvage petit polisson ! Autrement dit vous dormirez là où la nuit vous surprend et vous boufferez ce que vous aurez embarqué dans vos valoches et sacs. Comme des vrais ! Nouilles chinoises, pâtes à l’eau, pâtes à l’huile, pâte à la sauce tomate, raviolis en boîte, etc. Bref, soyez imaginatifs ! On se tâte à vous organisez la photo du plus beau bivouac ou du menu le plus gastronomique.

Le vendredi soir je vous propose que comme les années précédentes l’on se fasse un grand apéro festif (je vous laisse traduire) à base de mets et de liqueurs apportés de vos différents coins de France et d’ailleurs. Il n’y a pas mieux pour créer une belle cohésion au sein des groupes de roulage. N’est-ce pas les Pirates de 2016 ? Pour dormir ce soir là vous pourrez bivouaquer sur le « paddock ». Les plus frileux se démerderont pour dénicher une chambre d’hôte, un gîte ou une place au dortoir de Landos (11 balles la nuit de mémoire).

Petit conseil : J’essayerai de vous donner assez rapidement le nom de vos camarades de roulage  afin que vous vous organisiez pour répartir les popottes et les tentes, ça permettra d’alléger les bécanes et d’éviter 5 réchauds par groupe. Pensez à bien me donner votre adresse mail dans l’inscription du coup. 

C’est combien ?

Pour éviter les déconvenues de l’an passé sur l’urne façon « à vot’bon cœur » restée quasi vide (et encore une fois mille mercis à ceux qui on eu le beau geste de la garnir), on a décidé cette année de se simplifier la vie en mettant une petite cotisation de 30 euros par pilote. C’est rien. Et en même temps c’est déjà beaucoup pour ce qui reste une sortie « nothing inclusive ». Sauf que grâce à vos 30 balles on va pouvoir ne pas perdre d’argent cette année et offrir un petit truc sympa (même si c’est ce n’est qu’un resto) en remerciement aux Dirty Guides et autres bénévoles qui vont pour certains poser leur vendredi pour « bosser » à l’oeil tout le weekend.

Pour qu’un événement associatif et convivial comme celui-ci s’inscrive dans la durée il faut être à la hauteur de ceux qui le rendent possible par leur dévouement.

Bref, ce n’est pas de l’enrichissement, vous l’aurez compris.

Comment qu’on s’inscrit ?

C’est con, mais notre principal soucis sur la rando TT Pirate c’est… qu’il y ait trop de monde. 50 participants serait un ratio idéal (et 100% légal au passage). Mais on va se laisser une marge jusqu’à 60 inscrits max du max (en comptant les guides) histoire de prévenir d’éventuels désistements. Après, ce ne sera plus gérable et on veut que ça reste intime et chaleureux comme événement.

Cette année on a donc opté pour la solution à l’ancienne jusque dans les inscriptions ! Point de beaux formulaires en ligne à cliquer et basta. Trop s’étaient inscrits l’an passé sans vraiment être sûr de venir et s’étaient désistés la semaine juste avant. Ils avaient ainsi pris la place de gens peut être plus motivés mais moins rapides à cliquer. Du coup, quoi de mieux que le bon morceau de papier à l’ancienne à imprimer, mettre dans une enveloppe avec le chèque et à envoyer à notre Association ? Old school j’vous dis ! C’est con, mais faire ça, ça engage déjà beaucoup plus qu’un simple clic. Et donc – désolé si ça peut paraître un peu violent comme expression – ça « trie ».

Voici donc ledit document à imprimer et compléter :  Formulaire d’Inscription 

OUBLI 1 : J’ai oublié de vous demander votre adresse mail dans le formulaire, je vous en supplie mettez-la aussi que je puisse vous contacter (pour des infos complémentaires, groupe de roulage, etc).

OUBLI 2 : Le chèque est à mettre à l’ordre de « Vie de Motard ».  

Puis vous nous renvoyez toussa ( avec le chèque ou les biftons) à cette adresse :

Vie de Motard, Les Souils, 43490 ARLEMPDES

Je prendrai les inscriptions dans l’ordre d’arrivée des courriers. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à les poster en commentaire, j’y répondrai le plus rapidos possible.

Oui rapidos car l’an passé la rando a été complète en 2 jours. Donc traînassez pas pour poser vos RTT et envoyer l’inscription, je serai obligé de m’en tenir au nombre de pilotes prévus pour que ça reste un petit événement convivial.

Sur ce, branle-bas de combat et soyez prêts à appareiller ! 

34 Commentaires

  1. Suite à une envolée du plus bel effet avec de la casse, j’ai fini l’année dernière par la route.
    J’ai donc une revanche à prendre cette année.
    J’y serai.
    Philippe

  2. Inscription postée !
    Je n’ai jamais été aussi rapide à remplir un formulaire. A croire que ma « phobie administrative » est inversement proportionnelle à ma motivation…

  3. Sacrebleu je suis déjà à la bourre, et pestes, et pouah, diantre, fichtre et foutre, pas de chéquier sur moi ☠
    une lettre de créance signée de mon sang ferai l’affaire ?

  4. J’en suis!!! Où est mon stylo, m.
    ..plus d’encre dans l’imprimante! Argh où j’ai foutu ce pu..in de chéquier. Voilà plus qu’a timbrer, mais ils sont où, j’étais sur de les avoir rangés là… Ouf c’est fait dans les temps j’espère.

  5. J’adore votre initiative, et je l’attendais, mais ma trail, elle est en Espagne :-(, je ne peut pas aller avec ma XSR. Mais je serai attentif l’an prochaine. En plus, mon français va être mieux. 😉

  6. L’année dernière j’étais pris par mon boulot, cette année j’ai la malléole en vrac et immobilisé encore pour quelques mois, donc j’espère bien être de celle de l’année prochaine – ou avant qui sait? – parce que l’esprit me plaît bien pour moi qui ai fait la HardAlpitour des débuts (sans les pom pom girls et le tralala) et que d’ici-là j’espère ne pas avoir encore cassé quelque chose…

  7. Ahhh Posté !

    Avec le SV, ça va passer ?
    Sinon, des fois que le vieux transalp soit pas prêt a temps, restera toujours l’enduro, mais ça casse un peu le charme, non ?

    Sinon, pour ceux qu’on pas de pneus a tétine, il doit me rester des vieux pneus enduro, c’est pas neuf (pour de l’enduro) mais en trail ça doit faire pas mal.
    J’ai du 90x90x21 et du ???x18, pour dépanner celui qui veux je peux les amener le vendredi soir et montage entre 2 gnôles (prévoir qq chambre a air en rab, au cas ou…)

  8. Boaa de mon coté, j’ai pas trop de scrupule et tenterai avec un fidèle et docile 450 WRF ( si c’est accepté par l’orga) pour – un peu- servir de poisson-pilote à Bob, qui lui est équipé d’une enclume bavaroise constamment sous perfusion.
    Qu’importe le flacon, on aura aussi l’ivresse de la vidéo 2016..

  9. Pas sur de pouvoir y etre… encore pas monté les tétines sur le supermot et pas sur de pouvoir me libérer… 🙁

    Cigalou, tiens nous au courant de la cloture des inscriptions! 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here