Tu viens d’avoir le permis ou tu as repassé les épreuves suite à une annulation ? Bienvenue dans la catégorie A2. Et ce texte est pour toi !

Le choix d’une moto A2 est difficile. Une amie en plein passage du permis a un budget pas extensible qui lui ferme la porte aux dernières nouveautés des petits roadsters. Car oui, elle, c’est un roadster qui lui plait : une Yamaha xj6. Alors on a creusé la question et, la version 47ch semble difficile à dénicher, ou alors avec (vraiment) beaucoup bornes…. Rouler en 34ch alors ? A mon « époque » ça se faisait comme ça. Enfin, moi j’avais opté pour un 400XR d’enduro donc bon, j’ai pas d’expérience la dessus. Ou plutôt si, une vision différente où la solution se présente sous la  forme d’un monocylindre…Attention, tous les monos ne sont pas accessibles en A2 ! Il ne peut dépasser 35Kw (47,5ch) et un rapport poids/puissance qui ne peut être inférieur à 0,2Kw/kg. Certains dépassent cette puissance et d’autres sont trop légers. Pas facile ! Mais prenons l’exemple d’une moto qui est éligible : le DR 650 dans sa version RS de 1995. Accessoirement, c’est la mienne alors je vous en parle en toute objectivité. Evidemment !

Première moto !
Première moto !

1. C’est abordable

Argument incontestable. Les prix de vente sur le net de ce petit bijou sont à la portée de la plupart des bourses. La mienne (de moto, cochon) achetée en 2015 pour 900€ avait alors 38000km et était très propre. Va trouver un roadster en un seul morceau, ou qui ne s’est pas enroulé autour d’un arbre, sans frais à faire dans ces prix ! Tu peux, du coup, te faire plaisir sur l’équipement, car il est indispensable et pas donné.

2. En assurance aussi

Grosse dépense dans ce domaine pour celui ou celle qui débute. Laisser un mois de salaire par an à ton assureur ? Non merci ! Cette moto n’est pas classée dans les motos à risques ou a tendance sportive et ça, c’est bon pour le portefeuille. Et puis, vu ce qu’on t’en donne en cas de crash, pas la peine de songer au tous risques.

3. Tu peux apprendre à t’en occuper

Ado, tu as eu ta 50cc à vitesses ? Ben là, c’est pareil. En plus gros. Un cylindre, bougie(s), filtre à air et filtre à huile… Tout est accessible et à la portée de la personne sachant tenir un tournevis. Les pièces se trouvent aisément, tout comme les tutos de mécanique sur le net. 

Je crois qu'il était temps de changer de filtre !
Je crois qu’il était temps de changer de filtre !

4. C’est fiable

Oui, ces moteurs sont des modèles de robustesse et certains atteignent des kilométrages respectables. Mais c’est comme tout, il faut l’entretenir convenablement pour qu’il dure et donne le meilleur, longtemps. Certes, le mono n’est pas à son aise sur autoroute, ça vibre un peu, on préférera les axes secondaires pour musarder, et c’est bon aussi pour ton permis !

5. Ce n’est pas très puissant

Évidemment, puisqu’elle est compatible A2. Mais son avantage est de s’approcher au plus près de cette fatidique limite des 35Kw ! Le bénéfice est clair : tu peux rouler normalement, dépasser sans mettre des plombes et profiter d’un moteur qui respire à plein poumons. Tes potes en Bandit 34ch ne peuvent pas en dire autant, sortant les rames sur leurs enclumes asthmatiques.

Voici le meilleur usage jamais vu d'un moteur de Bandit 600. (GP de Catalogne 2011)
Voici le résultat d’un Bandit 600 bridé : beaucoup de bruit pour rien. (GP de Catalogne 2011)

6. Elle est haute

Si tu fait plus d’1m65, normalement ça le fait. Car elle reste assez fine, au pire il existe des solutions pour la rabaisser. L’avantage est que tu domines la circulation afin de mieux anticiper. Tu peux escalader les trottoirs grâce à sa garde au sol, ses grands débattement qui m’amènent au point suivant…

7. Elle peut faire du TT

La moto, c’est la liberté. Les chemins, c’est l’aventure. Pour un pique-nique dans la verte ou un week-end entier de baroud, elle te conduira partout grâce à ses racines (certes lointaines) de fille du Dakar !

8. C’est facile à conduire

Un grand guidon, une position naturelle et décontractée, des pneus fins pour la maniabilité. La conduite d’un trail est des plus instinctives. De plus, sa tenue de route n’appelle pas la critique et peut même s’améliorer en durcissant les suspensions (huile de fourche et précharge de l’amortisseur). Son freinage n’est pas des meilleurs mais là aussi, de petites améliorations lui permettent de faire du bon travail ! Pas d’ABS par contre, gaffe.

9. Tu peux pécho avec

Non. Sur ce point, en terrasse, tout ce que tu vas ramener autour de ta moto c’est des mecs d’âge mûr qui te raconterons leurs histoires à l’époque où ils roulaient sur ces mêmes machines. Après si c’est ton délire, on ne te juge pas. Mais lis quand même le dernier point !

10. Elle peut être sexy

En ayant dépensé une misère pour acheter ton trail, tu peux le mettre à ton goût façon aventurière, la monter supermotard… Et si tu est du genre à baver sur les prépas des magazines tu peux céder à la mode du bobber, tracker, café racer, scrambler, racer, etc. Tant que ça finit en « er » et que c’est soigné. 

On ne parle pas ici de couper des cadres à tort et à travers ! Fais appel à des pros, vu le budget qu’il te reste si tu compares au prix d’une CB500 de moto école de base… Tu deviendras une star, les filles (ou les gars) te demanderons où tu achètes tes chemises à carreaux…

Ne me remercie pas, c’est normal.

5 Commentaires

  1. 11. Tu peux la faire tomber sans tout casser

    Ben oui, un trail, souvent ça vient un peu du TT quand même, donc la moto a été étudié pour ne pas se disloquer en d’abondant bout de plastoque à la moindre gauffre, qui ne manquera pas, n’oublie pas, tu es un poireau (une poirote) tu débutes, Plus tard, tu tomberas encore, mais ce sera différent, ce sera un style de pilotage.
    Parfois même, pour les meilleurs (et les moins cher, comme quoi la vie est bien faite), les plastiques sont teint dans la masse, donc pas de rayure sur la peinture ! Un coup de papier de verre ou de sèche cheval (quand y’en a qu’un) et ils retrouvent l’éclat du neuf (ou presque).
    Idem pour les leviers, habilement cachée derrière des protèges mains ou encore le sélecteur (et parfois même la pédale de frein) escamotable.

    Bref, que du bon

    • Tu as tout à fait raison ! Pour m’en être mise une bonne (j’avais oublié que mon pneu arrière était raide neuf) à une intersection, les protège-mains ont bien fait leur taf. Un sèche-cheval ? Ton correcteur d’orthographe t’as joué des tours mais j’ai eu la vision d’un cheval avec une grosse turbine soufflant de l’air chaud ! 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here