Cette semaine, je me suis rendu compte que ça faisait un an déjà que je m’étais mis à écrire mes p’tits textes. Du coup, j’ai eu cette envie parfaitement narcissique de revenir un peu sur la genèse du truc. L’histoire de mes histoires du jeudi. Faire un prequel comme ils disent au ciné. Donc c’est parti, on grimpe dans la Delorean et nous voilà il y a environ 365 jours.

Je suis dans la baraque de mes parents en Haute-Loire. J’ai une cheville en vrac suite à une glorieuse rencontre avec une racine (trop habituée aux trottoirs parigots), une paire de béquilles, pas de connexion internet et toute la presse moto du tabac-presse-poste-boulangerie d’à côté pour tuer le temps. Je suis assis sur les chiottes, ZE endroit pour bouquiner tranquille. J’ouvre une revue au hasard, première phrase : « Aujourd’hui les nouveaux motards font en moyenne 2 500 km par an ». Je jette le torchon par terre et en ouvre un autre : « A l’époque, il y avait encore l’esprit motard, une vraie solidarité, aujourd’hui, les jeunes n’ont plus ça ». La moutarde commence à me monter au nez. Au suivant ! « Cette nouvelle moto low cost, avec son budget serré de 11 000 euros s’adresse aux jeunes motards ». Quoi ? A part le fils de Rothschild ça s’adresse à tout sauf à un jeune motard ! Mais bordel ! La moto serait-elle devenue un monde de vieux cons pétés de tunes ? Parce que sérieux, je ne me retrouve pas dans tous ces articles aseptisés ! Pognon, nostalgie, pognon, nostalgie, options (mais qui coûtent du pognon). Au lieu de vous plaindre qu’il n’existe plus, que c’était mieux avant, faites le vivre, transmettez-le nous cet « esprit motard ». Il y a plein de jeunes et « vrais » motards qui roulent tous les jours. Des motards comme moi quoi, de rien du tout, des vrais poireaux (et poireautes) passionné(e)s à en rouler sous la neige même s’ils n’ont ni ABS ni Traction Control sur leurs meules d’occaze à 2 000 balles.

Vie de Motard était né. Le nom fut trouvé à ce moment-là, à la fois parodie du célèbre site Vie de Merde et hommage au lieu inspirant de sa conception. Je tire la chasse et je sors tout fier en disant à mes parents : « C’est décidé ! Je vais montrer qu’il y a une nouvelle génération de motards ! ». Ma mère me dit : « D’accord mon grand, mais lave toi les mains d’abord ». Alors je me suis lavé les mains, puis je me suis mis à écrire.

Au début, je n’ai pas eu l’idée d’en faire un blog. En véritable bisounours, j’avais envoyé mes premiers textes à des journaux en leur disant « Je voudrais une chronique s’il vous plaît, je ne demande pas à être payé, je fais juste ça par passion ». Bien sûr je n’ai eu… aucune réponse. Qu’à cela ne tienne ! Ma copine me dit : « Et si tu en faisais un blog ?» Le problème de la génération Y, c’est qu’on a du culot et un clavier.  Lecteur assidu du Motard Bionique, j’en déduis que si ce mec qui fout des bébés dans des congélos est capable de tenir un blog moto, je dois bien pouvoir y arriver. Mes élèves en étant à la génération Z niveau recherche Google, hors de question de signer de mon vrai nom mes articles. Je choisi à l’arrache ce pitoyable surnom que m’avaient donné jadis mes camarades de la Sorbonne en se moquant de mon accengue : « Cigalou ». Si j’avais su, j’aurais choisi un pseudo plus classe, plus motard…. Au début j’étais lu par mes potes, puis rapidement par des lecteurs que je ne connaissais pas. La sauce a commencé à bien prendre. Finalement, Moto Mag me trouve intéressant et propose de m’héberger sur leur plate-forme. Génial ! Vie de Motard prend une autre dimension et j’y apprends notamment les questions de droit à l’image et de droit d’auteur. C’est là que je crée mon « logo » un soir – en mode bricolage d’urgence encore – avec mes playmobils et mon téléphone portable qui fait des gros pixels pas beaux.

Mais le problème de cette plate-forme c’est que tu es « condamné » à ne bosser qu’avec Moto Mag sans pour autant espérer pouvoir un jour écrire pour leur magazine ou leur site. Très honnêtement, je l’ai rapidement vécu comme un sas pour blogueurs sous prétexte d’être un « tremplin ». Cela dit, ça reste mon humble avis lié à ma propre expérience, hein. J’ai donc fini par voler de mes propres ailes à partir de février avec viedemotard.fr (nom de domaine offert par l’équipe de Motoblouz, copaingues de la première heure).

Contrairement à ce que je craignais en me retrouvant « solo », ça s’est encore accéléré : piges et chroniques dans différents journaux, essais de matos pour mes partenaires (Ixtem, SW-Motech, JLP,…). Par rapport à ces derniers, il m’a fallu auto-établir quelques règles pour ne pas avoir le sentiment de me vendre au grand capital. L’essentiel à mes yeux étant de ne pas jouer au journaliste que je ne suis pas et me contenter d’être moi : un motard qui roule tous les jours. Point barre. Mais, je le jure devant le Grand Manitou, j’ai toujours eu carte blanche absolue sur le contenu de mes essais. Je ne les conçois pas autrement de toute manière.

Puis surtout, surtout, ce blog – aussi virtuel soit-il – m’a permis de rencontrer tout plein de motardes et de motards, bien réels eux. La liste est trop longue pour être énumérée ici et je laisse chacun se reconnaître. Et pour ceux que je n’ai pas encore eu l’honneur de croiser, n’hésitez pas à faire signe, il y a bien assez de bière pour tous en ce bas monde ! Si je ne devais en citer qu’un parmi vous, ce serait Botan. Une vraie love story « artistique ». On est un peu comme Laurel et Hardy, Astérix et Obélix, Jacquie et Michel : quand tu as l’un, tu as l’autre. Et promis, un de ces quatre on « officialisera » cette belle collaboration par une p’tite BD de derrière les fagots. On a plein d’idées, il nous manque juste du temps… et un éditeur. Oui, on se fait un peu d’auto-promo là et alors ?

J’ai aussi vaguement touché du doigt – de très très loin – le « milieu de la moto » (comme on dit parfois avec un air un peu mystérieux). Franchement, ce sont avant tout des motards bien coolos comme vous et moi. Sauf qu’ils graillent grâce à leur passion. Et mis à part les ego surdimensionnés (petit pouvoir oblige) de certains qui se croient indispensables à la moto, je n’ai eu droit qu’à de belles rencontres.

Tiens, en parlant de petit ego, et vu que ce soir j’ai envie de tout balancer comme un ouf, j’en ai une bonne : un journaliste d’une très réputée revue mensuelle m’a fait remarquer face à mes désirs d’indépendance bloguesque que mes billets étaient de toute manière beaucoup trop longs pour marcher. Je le cite : « Les gens ne sont pas capables de lire autant ». Classe mec. Puis il m’a mis en garde : « Tu ne trouveras pas de quoi parler de moto une fois par semaine ». Encore plus classe mec ! Donc, toi, dont la presse papier moto est le métier, tu dis qu’il n’y a rien à dire sur le sujet et que personne ne lit ? Change de taf non ? L’Éducation Nationale recrute. Le problème de la moto, c’est que c’est un cercle vertueux : au plus t’en fais, au plus t’en fais et au plus t’as des choses à raconter du coup ! Donc, désolé mec, mais la moto, quand on est passionné, c’est un sujet inépuisable. Il reste cependant un cas isolé parmi les journalistes sympas et dingues de moto que j’ai été amené à côtoyer. Heureusement !

Alors maintenant que, contrairement à ce que ce gugusse m’avait prédit, j’ai réussi à tenir un an, une question se pose : comment continuer à m’éclater en menant tous mes nouveaux engagements de front (et accessoirement une carrière de prof) ?

Entre les piges, les essais, les roulages, les vidéos, les salons, j’ai dépassé depuis longtemps mon seul petit article du jeudi. Ce blog me prends du temps, toujours plus de temps. Et je ne vous parle pas des projets barrés qui sont dans les cartons, vous risqueriez une syncope. Sauf que bien sûr tout ça ne me rapporte pas un kopec. Alors, quand on aime, on compte pas tu m’diras. Mais à choisir, je préfère passer moins de temps derrière le clavier et encore un peu plus au guidon. Depuis quelques semaines il m’arrive de me dire : «  Oh mince ! Faut que j’écrive !» au lieu de « Tiens, j’ai envie d’écrire ». Et ça, c’est pas bon.

Après cette première année à 300 à l’heure, je dois donc trouver le bon équilibre pour m’inscrire dans un temps plus long, pouvoir réussir à tout faire et surtout continuer à chiader comme il se doit mes p’tits textes. Car désormais, je suis forcé de le reconnaître, cette « vie de motard » est devenue une double vie à part entière qu’il me faut apprendre à gérer.

Pour ne pas finir par faire un burn out (ce qui serait un comble pour un prof), je vais de plus en plus souvent partager ici des textes en « seconde vie » déjà écrits pour le JDM, Moto News ou autre (ça restera donc de l’inédit pour beaucoup). De même, je vais augmenter ma production de petites vidéos. C’est un domaine que je « découvre », que je ne maîtrise pas du tout et qui donc m’amuse énormément. P’is en plus ça épargne à ma gonzesse la corvée de correction de fautes (j’en fais tout plein en vrai). Pour vous, ça ne changera pour ainsi dire rien à notre rendez-vous hebdomadaire. Pour moi, ça me permettra de souffler un peu en évitant certaines semaines d’écrire des doublons voire des « triplons », prendre un peu d’avance pour les périodes de conseils de classe et compagnie. Et surtout je pourrais continuer à faire les choses en me marrant comme un goret. Ça vous va ? En tout cas, rassurez-vous, ce n’est pas les idées à la con qui me manquent, ça, faut que je calcule mais je crois que j’en ai pour les dix prochaines années (sans compter celles de l’autre frappé de Botan) !

Et quoi qu’il arrive – même si à ce stade là tout le monde a décroché de ce texte faisant le quadruple de la capacité de lecture du motard moyen – je tiens à vous adresser un immense merci à vous tous qui le jeudi continuez de perdre quelques minutes à me lire, me regarder, et à réagir à mes articles. Je n’ai pas toujours le temps de répondre mais je vous lis tous et ça me fait tout chaud au-dessus du bidou. Non, pas dans les poumons, plus haut encore.

En fait, en le lisant, en le commentant, c’est vous qui faites vivre ce blog depuis un an.

Bon anniversaire… à nous !

17 Commentaires

  1. Joyeux anniversaire !et gardez le plaisir d’écrire .Moi je passe ici trois fois par semaine( des fois que et j’ai du retard à rattraper.).mais toujours avec plaisir.

  2. HAPPY BIRTHDAY MISTER CIGALOU !!
    Bon ok tu m’avais déjà raconté toute l’histoire mais c’est bien sûr un plaisir de la relire avec la forme et l’humour qui font le succès de ce blog 😉
    Tu peux rajouter à ta « to do » l’organisation de randos TT car j’ai bien peur que tous les dingues du 24/10 aient déjà prévu de revenir l’année prochaine…
    C’est honnête comme deal, surtout n’explose pas en vol et continue de nous faire bien marrer, la vie est dure, keep going, WE NEED YOU !

  3. Bon ben bon anniv’ !!!

    Pour nous occuper je vois que tu as encore changé ta page d’accueil?
    Et si tu faisais un financement participatif pour la BD de BOTAN? J’en serai pour quelques euros perso.

    Longue vie à ton blog et t’as raison: use du pneu et pas de la santé.

    Philippe

    • Et c’est encore du temporaire : Mon copaingue le « Motard Viking » qui est un informaticien balèze est (théoriquement 😉 )en train de bosser sur une mise en page définitive du blog, vraiment pile-poil comme j’en rêve.
      Pour la BD on va essayer de faire en sorte de n’avoir à vous « taxer » qu’en ultime recours… :-p

      • Ahahahah, théoriquement, je compte plutôt sortir la hache et faire un bon gros nettoyage, y a tellement de brouillon sur ce blog à plus savoir quoi en faire :p
        À la votre les motards, la mienne est toute boueuse bien comme il faut pour honorer ta nouvelle année cher Cigalou !

  4. Bon ben perso je fais les choses à l’envers. Je viens de me poser calmement sur ton blog (et de finir entièrement ton article :-p) et je dois dire qu’il me donne envie de rattraper mon retard en + de suivre tes nouvelles publications!
    Bonne continuation à toi!
    Au passage je suis de la Loire donc si tu passes/est/reste dans le coin un petit rasso moto avec tous les motards du coin qui te suivent serait fort sympatique à faire.
    V

  5. Bonsoir, et joyeux anniversaire à ce merveilleux Vie de motard !

    Je tiens à te remercier pour tout cet investissement, j’adore ton style qui incarne à 200% la vision que je me fais et qui me mets des étoiles dans les yeux de l’esprit motard, Botan également me fait la même chouette impression, un peu à la Joe Bar Team =D
    Je ne suis pas (encore !) motard, mais c’est pas l’envie que m’en empêche c’est certain ; et te lire en étant plongé dans cette bonne ambiance ne fait qu’agrandir cette envie.
    Chapeau (casque !) bas à toi et ta correctrice, Y’a du talent, c’est admirable et au final jouissif 😀
    Continue tant que tu le peux et surtout tant que tu y prend ton pied, on suivra derrière sans mal, :tousse tousse: surtout avec en ligne de mire un V-Strom :tousse tousse: (dixit un scootériste qui prend max 46 de pointe, et encore en descente le pif dans le compteur dos rond rafales de vent avec moi).

    C’est vrai qu’il faut trouver une stabilité entre vie perso (donc au guidon) vie pro (devant le tableau, ou face aux élèves comme on veut ^^’) et viedemotard.fr et ses dérivés (Youtube, tes vidéos sont tellement sympas également…).
    Je choisis à ce sujet une métaphore – certes boiteuse – en accord avec la matière : maintenant que tu as créé, monté et assemblé ses pièces, il faut s’occuper de régler ton moteur – protip : t’es plutôt de la vielle alors tu marches certainement à carbu –> vis de richesse et vis de ralenti haha XD

    Longue vie à VDMotard !

    ps : j’aurais tellement aimé avoir Cigalou en prof. M’enfin je ne te connais pas en tant qu’enseignant, si ça se trouve t’es un sadique et en punition c’est un tour de périph’ sur le V-Strom pleins gaaaaz… Ben en fait c’est cool aussi !

  6. Voilà donc une date à renter dans nos agendas. C’est fait.
    Je ne te tresserais pas de couronnes, d’autres au-dessus l’ont très bien fait, et dans la crainte que tu ne chopes la grosse tête (remarques, voilà une idée pour essayer de nouveaux casques) que tes chevilles se surdimentionnent (cf idem pour les bottes, pantalons etc) on sera donc lapidaire dans les compliments, tu vois le genre d’appréciation professorale dont tu ne saisis que vingt ans plus tard, toute la substantifique moelle…….
    Et vingt ans c’est le bel âge, non? Alors je vais attendre ton vingtième anniversaire pour souffler les bougies, j’espère qu’à 77 ans je ferais encore au moins de la 125, ou même du scooter électrique à trois roues!

  7. Joyeux anniversaire!!!
    J’avoue je suis envieuse de l’inspiration que tu trouves chaque semaine pour trouver un sujet et toujours sous la forme de l’humour.
    C’est bien mon problème: je n’arrive plus à être aussi prolifique car j’ai basé mes récits sur mes embuches et boulettes motardesques mais il faut croire que soit je rencontre moins de difficulté, soit je me suis habituée à mon style de conduite et mes arrangements perso parce que j’ai l’impression d’avoir moins de choses à raconter, du moins qu’elles ne seraient pas aussi drôles. Chacun le sait le clown ne fait rire que quand il choit! J’ai d’ailleurs une copine qui après m’avoir lu m’a dit « Oulà, ça pas l’air facile la moto! Avec tout ce qui t’est arrivé, à ta place, je crois que j’aurais abandonné! ». Il a fallut que je lui explique que si je racontais aussi toutes les fois où la balade se passe bien… et bien ça tiendrait en deux lignes… et surtout ça me semble moins amusant.
    Pour ce qui est de la longueur du texte et bien c’est comme au cinéma: si le film est bon on peut y passer trois heures… ne change rien! Dit la fille qui ne sait pas écrire un résumé.
    Bravo à Madame CIGALOU qui, si je comprends bien, elle aussi (comme ma fille qui est ma correctrice) à mal à son français en nous relisant mais il faut bien admettre que quand la passion enflamme notre clavier, la grammaire passe après.
    Impatiente de te lire la semaine prochaine.

  8. itou pour moi mais j’aime pas les anniversaires (surtout à mon age) ,en tout cas je ne rate pas un article , et ne peut aller me coucher sans avoir ouvert le site , Je te guette comme le loup le petit chaperon rouge .
    Bien évidement je lit tout et ne veux rien rater .
    Un esprit comme le tien est rare mais heureusement tu fais des émules cela me rassure .

    Dans le temps je montais à cheval (pas bombes et tu m’as vu ) ,non , simple , bottes et jeans ) l’esprit était le même , rando , camaraderie et surtout kiff la vie avec ta monture , kiff à en devenir centaure .
    Pour finir le vieux papyyam avec sa camarade de jeux de 1995 te souhaite longue vie , sois heureux et surtout continue tu me manquerais …
    (ne fais pas attention à ma prose j’ai quitté l’école à 13 piges)

    Bon courage pour la suite et amuse toi bien …

  9. « Le problème de la génération Y, c’est qu’on a du culot et un clavier » … Que c’est bien envoyé ! Encourageant pour pleins de jeunots dans notre genre. Vive les articles longs et riches du début à la fin; trop chouette !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here