Voilà 2 mois déjà que je reçois des messages angoissés « dis, c’est quand la rando Pirate ?« , « il y a moyen de réserver 2 ou 3 places ?« , etc. Il est donc plus que temps de rompre l’insoutenable suspens et de vous présenter cette nouvelle édition. 

Lisez tout soigneusement avant de vous jeter sur le formulaire d’engagement, bande de sauvages !

La rando Pirate, kesako ?

Est-ce bien nécessaire de la présenter encore ? Allez, je fais vite. La Pirate c’est une rando organisée par l’Asso Vie de Motard dans le but de promouvoir une pratique de la moto verte respectueuse de son environnement. Pour des raisons purement préfectorales, elle est depuis l’an passé limitée à 50 pilotes. C’est une (très) jolie balade bucolique qui laisse en général de formidables souvenirs à ses participants et quelques estafilades sur les machines. Parce que oui, on est du genre taquins quand on trace. Bref, les stressés de la rayure sur la chambre à air de protection de votre crash-bar, passez votre chemin je vous en supplie. Ici, c’est un événement de gueux hâbleurs et ripailleurs.

La Rando TT Pirate, c’est tout un way of trail façon petit village d’irréductibles. Mais si elle existe encore, c’est surtout pour toi, le newbee coolos, qui débarque dans cet univers trop souvent clos du trail off-road. C’est un peu la journée porte ouverte de notre bande de copains. Un speed dating boueux pour de futurs roulages plus intimistes avec tes futurs frères de flibuste. Tu comprends pas ce que je raconte ? C’est normal, on en reparlera après la rando…

C’est quoi le parcours ?

On est sur une trace à 100% inédite ! Les anciens pirates s’en frottent déjà les mains ! Ce coup-ci, on quitte la douce Haute-Loire pour les pentes abruptes de l’Ardèche. Vu que l’an passé, on vous faisait prendre la « Montée de l’Espace« , on a décidé de poursuivre le voyage interstellaire jusqu’à… Mars !

Bon, Mars en Ardèche mais Mars quand même, merde !

Paradoxalement, le terrain étant beaucoup plus dur, la trace est… beaucoup plus facile. C’est un coin que l’on est encore en train de découvrir, avec beaucoup plus de panneaux d’interdictions (parc naturel oblige) et des traces souvent « on/off ». Soit c’est trop facile, soit c’est l’enfer, même en enduro. On a donc été obligé d’insérer de larges liaisons routières sur le parcours afin de contourner ces points chauds. Mais rassurez-vous, on a déniché quelques endroits sympas comme ces deux montées qui s’enchaînent baptisées respectivement :  « La tueuse d’embrayage » et « La tranchée« . Des petits bijoux de technicité. Il y aura aussi quelques toboggans bien poilants, le passage des « passerelles » et une descente minée hilarante. Promis, vous n’allez pas vous ennuyer !

Ce qui nous donne à terme une boucle d’environ 170 km (à la louche) à avaler en une courte journée d’hiver (oui, là haut, octobre, c’est déjà l’hiver). Le soir, on rentre au camp de base et on fête tous ensembles cet odyssée martien.

Le dimanche matin, pour ceux qui n’auront pas trop mal à la tête, on vous a concocté une bouclette « touristique » de 60 km où on visite les plus beaux coins du secteur avec une trace toute fastoche. C’est vraiment histoire de se dégourdir les bielles avant de rentrer dans ses pénates.

Pour quelles motos ?

Pour toutes ! Et même pour les quads s’il y a des motivex. Ici pas de cylindrées minimum ni de corporatisme à la con entre « owners ». Tu prends la brêle que tu veux, enduro, trail, scrambler, sportive, mobylette, ce que tu veux j’te dis ! Il n’y a que 3 règles au sujet de la moto :

  1. Elle doit être en règle et en bon état de marche. Vieille, moche et pourrie ça nous dérange pas, c’est comme ça que sont nos brêles de toutes façon. Par contre, il faut que ça tourne comme une horloge. Question de respect pour ton groupe qui n’a pas forcément envie de perdre son weekend à dépanner ton épave…
  2. Elle doit être A-D-A-P-T-E-E. Pas au terrain non, à ton niveau. Ouille, premier exercice de modestie. En gros, si t’es pas Serges Nuques, évite de mettre un challenge dans le challenge en venant avec une R1. Rassure toi, même si tu es persuadé d’être un cador, la Rando TT Pirate sera un vrai défi à elle seule, ne te complique pas la tâche ! Tout ça pour dire que si comme notre Mickael tu es un monsieur muscle capable d’amener ta GSA dans les chemins, no problemo, fonce ! Mais ne te surestime pas. Maîtrise ta brêle !
  3. On veut des pneus à crampons. C’est non négociable. Des 70-30 type E07 ça peut suffire,  même si tu vas déjà bien galérer avec dans la bouillasse. Chaque année on le dit, chaque année des petits malins se pointent en monte mixte en mode « non mais je gère, j’ai fait de l’enduro avec une fois« . Et 10 km plus loin, ils abandonnent après avoir foutu tout leur groupe dans la panade. Donc cette année, on s’inspire du rallye routier : Chaque guide va faire un « contrôle technique » des pneumatiques de son groupe le vendredi soir. Si t’as pas de crampons, tu rentres à la maison.  

Ah et j’oubliais, dernier point qui a son importance. Ta moto, tu vas la coucher au moins une fois. Sur une faute d’inattention à la con le plus souvent, quasi à l’arrêt, mais tu vas la coucher. Donc comme je le disais au début, si tu as peur d’abîmer ton bijou full Wunderlich à 25 000 bouzouf, tu ne vas pas t’amuser ce weekend là. Et en plus, tu vas me faire chier. Alors ne viens pas.

Chuis pas trop nul(le) pour suivre ?

Non, non et re-non. Contrairement à ce que l’on peut souvent lire, la Rando TT Pirate est faite pour les débutants. J’te jure. Chaque année, des gars qui n’avaient jamais mis une roue sur les chemins la font et la terminent plus qu’honorablement. Hein Alexandre Conan ? Et, ce qui est marrant, c’est qu’en parallèle, de pseudos champions de quartier s’y cassent les dents (dans tous les sens du terme). Comment est-ce possible ? Je vous l’ai dit, on est du genre taquin…

Dans nos parcours il y a toujours des moments à « solidarité obligatoire ». Autrement dit, des moments où à moins d’avoir un enduro ou un trail léger doublé d’un bon coup de guidon, ça va pas passer. Il faut donc avoir l’humilité de se faire aider. Et si tu ne le sens vraiment pas ? Ben tu as la chance d’avoir un Dirty guide avec toi. Un traileux à l’ancienne tout ce qui a de plus rustique et pas lavé. Il sera capable de passer n’importe quelle moto n’importe où à la force des bras s’il le faut. Ton Dirty guide, ce héros sublime possédant la précieuse trace, aura toujours une solution pour toi le débutant. Par contre, pour la grande gueule qui va se la raconter à chaque pause, il se peut qu’il l’oublie, la solution. Le Dirty Guide est taquin lui aussi…

Allez hue !

Par ailleurs, cette année, nous allons constituer un groupe de grands débutants (les moussaillons) qui auront une trace bis, évacuant les pire passages du parcours. Tous les guides auront aussi cette trace bis pour proposer des alternatives à un pilote trop fatigué ou ne se sentant pas. Bref, on est vachement humain au fond. Faut juste pas nous saouler.

Y a une assistance ?

Oui, on a une remorque assistance prête à aller vous dépanner toute la journée du samedi. Mais vu que l’an passé il y a eu pas mal d’abus en la matière, on a décidé de faire ça de manière très carré maintenant (l’expérience de l’organisation vient en… organisant). Tout au long du parcours, il y aura des « points assistances » numérotés. S’il vous arrive un soucis sur votre moto, il va falloir vous débrouiller, avec l’aide de votre groupe (et d’une bonne sangle) pour acheminer votre bécane jusqu’à un de ces points assistances. Là, le guide appelle la dépanneuse : « j’ai un embrayage cramé au Point Assistance 8« . Le groupe peut alors repartir et pim-pom-pim-pom l’assistance arrive. On vous récupère et on vous ramène au camp de base. Et la journée est terminée pour vous. Interdiction de repartir sur la trace (parce que c’est là que le bordel commence en général). Soit vous bricolez tranquille votre brêle au camping en espérant pouvoir rouler le dimanche, soit vous montez avec nous dans les 4×4 organisation. C’est bien sympa aussi au passage comme ambiance…

Cette méthode devrait encourager l’auto-dépannage au sein des groupes et éviter à nos dépanneurs bénévoles de passer une journée infernale à faire les larbins des mecs se croyant parfois un peu au club Med.

C’est quand ?

Le weekend du 27 & 28 octobre. On a le camping à partir du vendredi aprem. On fait en général notre mythique « briefing inutile » (c’est dommage de le rater) vers 21h. Puis on se fait une bouffe en mettant en commun les denrées et certains liquides douteux amenés par chacun. Le lendemain matin, le premier groupe décolle à 8h pétante. Le samedi soir, retour au point de départ et re-fiesta, là encore à partir de ce que vous avez dans vos sacoches. Puis le dimanche matin c’est de nouveau roulage pour ceux qui le souhaitent. L’idée c’est de terminer vers midi pour plier le camp et rentrer tous chez nous pas trop tard. Et oui, chuis père de famille maintenant, ça se voit…

C’est où ?

Les hostilités se dérouleront comme l’an passé au camping municipal de Coucouron City (07470), sur le plateau ardéchois. C’est plutôt facile d’accès par la N.102 et le camping est quasiment sur la place du village, ce qui est très pratique en terme de commodités. Il y a tout ce qui faut : boulangerie, supérette, station essence, pharmacie, etc.

On mange et on dort comment ?

Le camping est compris dans l’inscription. Et il y a même des douches et des toilettes, c’est donc déjà 100 fois mieux que sur un paddock de rallye routier, chanceux… Pour ceux d’entre vous ayant du mal avec le concept de dormir sous la tente, Coucouron est très bien achalandé en hôtel, gîtes et autres dortoirs. Vous pouvez donc sans problème laisser votre brèle au camping et aller pieuter à l’hôtel (5min à pied). En plus, ça fait travailler le commerce local donc ce n’est que du positif. Bon, par contre, il va s’en dire que là c’est vous qui réglez la note. On est sympas mais bon…

Niveau bouffe, mettez-vous en mode « bivouac ». On a ni suffisamment de monde, ni la logistique, ni les finances pour s’amuser à tenir une buvette et faire des merguez. Donc à moins que l’un d’entre-vous vienne avec son camion pizza (il gagnerait bien son weekend cela dit !), ce sera en mode démerde. En général,  on met un peu tout en commun et ça se passe très bien.

C’est combien ?

La Rando TT Pirate, c’est 30 euros. Non, non, j’ai pas oublié de zéro, c’est bien 30 euros. Autrement dit, c’est quasi gratuit. L’idée c’est de couvrir nos quelques frais et le camping. On n’a jamais fait ça pour faire de la thune et c’est pas maintenant que ça va commencer !

Par contre – il y en a encore eu l’an passé donc je le re-re-répète – il y a des gens qui, du moment qu’ils payent (que ce soit 1e ou 1000 d’ailleurs) s’imaginent qu’on est à leur bon service.  Ici, dites vous le d’entrée de jeu, ce sera une prestation merdique, surtout si vous êtes du genre casse-roupettes. On ne vaut même pas une étoile sur Trip Advisor, c’est dire. Dans rando Pirate, il y a Pirate. Et les bonnes manières, c’est pas notre fort.

Pour le prix, on ne fournit pas le narguilé, alors certains improvisent…

Comment qu’on s’inscrit ?

Vous l’aurez remarquez, depuis le début de l’article, j’essaye d’en décourager un maximum en étant bien désagréable. Enfin, j’essaye de décourager un profil très ciblé pour être plus exact : le relou… En vrai, on est plutôt vraiment sympas, ouverts et arrangeants. Mais chaque année, il y a des erreurs de casting, des mecs qui n’ont pas compris l’esprit du truc et foutent leur merde ou partent faire de l’aquaponey deux jours avant le départ. Et ce qui m’embête vraiment, c’est qu’ils piquent certainement la place à d’autres motard(e)s qui, eux, auraient été géniaux.

Chaque année, j’ai la tentation de ne fonctionner plus que par cooptation comme sur l’Ultimate. Ne rouler qu’avec des gars et des nanas tip-top dont tu sais que ce ne sera que du bonheur. Oui mais ça c’est ce que l’on fait toute l’année entre nous. Et à chaque pirate, on découvre de nouvelles personnes en or qui viennent ensuite grossir notre bande copain. Donc on continue, malgré les galères, malgré les risques juridiques que sa représente, d’ouvrir cette rando à tout le monde.

Du coup, si vous pensez correspondre à la philosophie de la Rando TT Pirate (je le rappelle, ça n’a rien à voir avec votre niveau en trail ou votre moto), c’est maintenant que ça se passe. Cliquez sur le logo ci dessous. Imprimez et remplissez le formulaire puis renvoyez moi toussa au plus vite. Je ne prends en compte que les courriers postaux, pas la peine de me faire un mail. 

Car si c’est comme chaque année, malgré notre mauvaise réputation de rustauds casseurs de motos, on sera complet en moins de 48h…  

 

Go ! Go ! Go !

 

 

22 Commentaires

    • Pfff, tu parles, j’arrive pas à me débarrasser de toi ! Et c’est pas faute de te faire pleins de messages subliminaux dans le texte (allusion à ton XT de luxe, clin d’oeil aux pneus lisses de ta bagnole, sous-entendus méchants sur ton narcissisme légendaire, etc). Je sais plus comment faire là ! :-p

  1. 🙁
    Pas dispo cette année à cette date (sur un autre continent), c’est la première fois depuis deux ans que j’arrive à voir le fichier d’inscription avant qu’il soit plein !

    En espérant que vous recommenciez l’année prochaine parce que mon mono de 99 doit vivre ça avant son dernier soupir ! 🙂

  2. Avec mon fz6 de tour les jours ça va pas le faire..
    Pas faute d’avoir envie d’aller jouer dans la boue avec vous..
    Mais bon ..
    Trouverai pas les moyens de m’acheter un vieux trail pourri ..
    Dommage

  3. MIGUEL

    hello,
    on t’envoie l’inscription et les sous par courrier, on être perdant nous les étrangers, d’ici à que le courrier arrive chez toi…….

  4. Salut le Cigalou et ses sbires.
    Ça fait plaisir de lire une annonce comme celle là !!!
    Vous partagez votre passion et offrez la possibilité aux débutants une occaz en platine !!!
    Je rage de ne pouvoir vivre l’aventure …
    Éclatez vous et 1 millions de pouces pour les initiateurs/organisateurs et tous ceux qui font vivre votre rando aussi foutraque que géniale (apparemment, hein 😁) …

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.