Réparation ou Préparation ? 

Dans la « préparation moto » il y a plusieurs écoles : ceux qui font des préparations esthétiques façon scrambler, cafe racer et compagnie, ceux qui font des préparations pour augmenter les performances de leur machine ou au contraire son confort. Et enfin, il y a une dernière catégorie : Les traileux ploucs.

Ceux qui roulent sur des vieux tas de boue destinés avant tout à faire les zouaves dans les chemins. Leurs bécanes sont trop récentes pour prétendre à entrer dans la catégorie des collections que l’on restaure avec soin et déjà trop vieilles pour avoir droit à tout le packaging « adventure » qui coûte deux bras.

Allez, tiens, au hasard, prenons un de ces ploucs que je connais bien : moi. Je me suis acheté il y a peu un joli (tout est relatif) 660 XTZ de 1991. Au début il était tout propre, avec une peinture sympa comme tout malgré ses 25 ans. Il avait même encore les cache-plastiques d’origine… Bref elle avait fière allure ma moto. Et pour être honnête, j’ai toujours préféré les motos d’origines.

Elle ressemblait à ça, au début, mais sans les poignées roses et la boue.

Manque de pot, cette lune de miel esthétique n’a pas survécu à notre première petite sortie : je suis rentré chez moi avec des morceaux de plastique cassés dans le sac à dos… D’un espoir teinté de naïveté, j’ai recollé le plastique avec soin et repeint harmonieusement mes carénages. J’étais fier du résultat. Ma moto était de nouveau belle, toute presque d’origine.

La semaine suivante je décide d’aller vraiment l’encanailler dans les recos de la Rando TT Pirate 2017 avec Cigalou. Mais le sort s’acharne contre moi. Une chute à droite suivit dans la foulée d’une chute à gauche suffiront à transformer les écopes de réservoir et autres pièces esthétiques en un tas de plastiques coincés par une sangle sur ma selle en attendant la prochaine poubelle… Le tout agrémenté d’un foutage de gueule en règle de la part de Cigalou dont le XTZ avait déjà une tronche d’épave.  La décision est prise : ma moto aura un style dépouillé !

Exit les plastiques !

Je profite de cette cure d’amaigrissement pour lui changer le guidon et y gagner une meilleure position. Je pousse même le bouchon encore plus loin en faisant rénover l’amortisseur qui était rincé. Rien que ça ! Une fois ces « indispensables » mis à jour, on a attaqué le « tunning plouc » :

Dans une casse automobile j’ai trouvé des protège-mains montés sur une ancienne Cagiva de l’armée. Et hop ! Du robuste mon p’tit monsieur, z’ont fait la guerre ces pare-mains !

Pare-mains indestructibles pour 5 balles

Avec son nouveau look dépouillé, le radiateur ainsi que le vase d’expansion sont dangereusement exposés. Du coup, j’ai fabriqué avec mon père des crashs bar maison pour les protéger.

Magie de la ceintreuse…

Et alors que mon destrier renforcé de partout me semblait enfin parfait pour mon utilisation « hard-trail ». Une nouvelle préparation m’est tombée dessus, ou plutôt je suis tombé et ça a été une nouvelle réparation. Bref, je ne me souviens plus bien dans quel ordre c’est arrivé !

(A 5min13… la chute en direct !) 

Suite à une glissade sur une racine, mon guidon a décidé de faire un bras de fer avec ma bulle. Et il a gagné le bougre ! Ma tête de fourche s’est trouvée raccourcie de 20 cm façon Louis XVI. Sauf que ça faisait plus taillé à la hache mal aiguisée qu’à la guillotine.

Et bim !

Bien entendu, j’ai encore le droit aux moqueries indécentes de mon compagnon d’infortune, un certain Cigalou (ne serait-ce pas lui qui me porte la poisse d’ailleurs ? A méditer.) Je dois avouer qu’avant d’éclater de rire à mon tour, je suis passé par la phase « Merde c’est cassé, les boules ! » Une fois la déception et le foutage de gueule digéré, je me suis dit  « cool voilà encore l’occasion d’améliorer le look de ma moto ! » On se console comme on peut vous me direz…

J’ai donc décidé de refaire la façade de mon XTZ en lui faisant une bulle made in maison en plexiglass.

J’ai commencé par regarder pas mal d’images sur internet de bécanes typées rallye-raid en me demandant à quoi je voulais que rassemble ma bulle. A y être, autant faire mieux que ce qu’il y avait d’origine ! J’ai ensuite fait un gabarit en carton afin de valider la forme souhaitée.

Voilà, ça, c’est l’idée.
Ligne fine et « moderne ».

Je me suis servi du gabarit en carton pour retracer à l’ordinateur la forme développée de la bulle. « Ah ces jeunes et leurs bidules informatiques » vont dire les vieux bricoleurs. Désolé…

J’ai ensuite fait la découpe en fonction de ce qui a été tracé à l’ordinateur.

Pour effectuer les pliages sur la bulle j’ai fabriqué des gabarits avec les angles approximatifs, afin de me donner une basse pour être symétrique.

Et puis est venu l’étape « origami » avec les différents pliages, effectués à l’aide d’un décapeur thermique.

Forgeur de plastoc !

Là je dois bien avouer que ma fierté en à pris un coup au moment de découper mon carénage avec une meuleuse…

Nettoyage de la « plaie »

Evidemment il a fallu reprendre les pliages pour que tout plaque bien sur le carénage.

Pour finir, j’ai fixé la bulle. Et c’était le moment de contempler le résultat…

Après avoir hésité à recouvrir le tout de noir, je me suis dit que ça pourrait être pratique de voir à travers cette bulle assez haute. Je me contenterai donc de mettre quelques stickers pour cacher le compteur et les différents fils électriques et basta !

Me voilà prêt pour la prochaine (p)réparation !


En définitive, pour quelqu’un qui aime les motos d’origine j’ai finalement pris du plaisir à personnaliser mon Ténéré.

Même si j’ai encore du mal à faire la nuance entre préparation et réparation…

 

 

Rémi c'était un peu le stagiaire à vie, la mascotte. Toujours présent mais toujours invisible, cloîtré aux tâches ingrates. Il ne connaissait que trop les terribles conditions de travail de ce webzine stakhanoviste. Un jour, il a décidé que ce n'était plus tolérable et s'est auto-proclamé "Responsable Syndical de Vie de Motard" afin de protéger les rédacteurs de l'infâme Cigalou.
PARTAGER

2 Commentaires

  1. Beau boulot, mais c’est du plexi?
    Il n’y a pas avec le plexi un risque en cas de casse? Genre éclat et arme tranchante?
    Il ne faut pas plutôt (le chien de Mickey) du Polycarbonat (PC) connu sous les marques Lexan ou Makrolon?
    J’ai lu ça un jour…
    Philippe

    • Si, en polycarbonate elle aurait été mieux (plus résistant, meilleure résistance aux UV…).
      Après le plexi que j’ai pris fait 6mm d’épaisseur et niveau sécurité je suis à peu près sûr que le plastique de la tête de fourche cassera avant le plexi en cas de choc. En polycarbonate j’aurai pu prendre une épaisseur inférieure. Après pour être tout à fait honnête je n’y connais pas grand-chose dans le plastique donc l’avenir nous dira si c’était le bon choix ; )

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.