En matos moto – comme je le dit souvent – ce qui compte c’est d’avoir un produit qui colle au plus près à ta pratique. Ainsi, un casque intégral replica de la mort qui tue ne sera pas du tout pertinent en off-road tout comme les baskets motos n’ont aucun sens sur un circuit. Mais s’il y a bien un équipement universel chez tous les motards c’est… la tenue de pluie. Ben oui, même le biker roulant en bras de chemise en plein été sur la cote méditerranéenne n’est pas à l’abri d’une averse orageuse. Combien de fois en partant du taf sous la flotte j’ai pesté contre une météo ensoleillée le matin qui me faisait prendre la douche le soir ! Du coup, comme beaucoup de motards du quotidien, j’ai pris l’habitude de toujours me trimballer avec une de ces hideuses combi imperméables dans le sac, au même titre qu’une bombe anti-crevaison ou que mon précieux petit nanomètre.

combi-pluie-revit-0001

Globalement, j’ai toujours été super déçu de mes tenues de pluie. Comme tout un chacun, je préfère mettre de la thune dans un casque, une paire de bottes ou un cuir plutôt que dans un vulgaire k-way. Il y a comme cela quelques équipements « maudits » où on a du mal à investir même si on passe son temps à s’en servir. J’ai donc fait défiler les pantalons de pluie (après tout, la veste moto est imperméable) premier prix, les combis entrée de gamme (tout compte fait c’est mieux, l’eau ne rentre pas par la taille) et je suis même allé voir au rayon vélo de mon cher Décath’. Chaque fois l’expérience n’est pas concluante : si tu n’as pas de chance, la tenue a d’entrée de jeu des fuites (thermosoudure au rabais), si tu tombes sur une bonne série elle va devenir poreuse en moins de 6 mois dans le meilleur des cas. J’ai même un pantalon de pluie – soigneusement plié sous ma selle durant tout un été – qui s’est craquelé avant même que je puisse le porter ! Immanquablement le constat est le même : l’eau fini rapidement par passer. Et en général c’est au niveau du derche, histoire que tu es l’air bien ridicule en arrivant au bahut.

combi-pluie-revit-0002

Alors quand Speedway.fr m’a proposé de tester un produit de mon choix dans leur catalogue, je me suis dit : « Profitons en pour faire une expérience intéressante au lieu de tester un quinzième casque ». Je me suis toujours interrogé sur les tenues de pluie « chères » (100 balles pour celle de l’essai en l’occurrence). Qu’ont en plus ces bouts de plastocs – toujours aussi laids au demeurant – justifiant leur prix ? Et me voilà paré à affronter l’automne et le début de l’hiver en combi Rev’it Pacific H20 pour les besoins de la science. Rev’it c’est un peu leur spécialité la pluie vu que c’est une marque… hollandaise. Je n’en avais entendu que du bien et – alerte spoiler – je n’en dirai pas du mal.

combi-pluie-revit-0003

La première différence – certainement la plus importante – c’est qu’on a pas affaire au même plastoc que sur les tenues de pluie à 30 balles. Ces dernières, que l’on connait trop bien, sont en PVC bien désagréable qui fait cocotte-minute et colle aux bonbons dès que tu fais 2 mètres à pied avec. Là c’est du 100% polyester, avec un système de doublure. Du coup, c’est très déroutant car tu as l’impression de porter un textile et pourtant c’est tout fin comme ton k-way. C’est hyper confortable et facile à mettre puisque ça glisse sur tes fringues façon « papa dans maman » comme dirait un sergent instructeur. Son autre atout va être d’avoir moins la sensation d’étouffer dedans à chaque mouvement, même si je n’irai pas courir un marathon avec, cela va de soit. Nous voici donc sur un matériau plus noble, plus technique et plus durable aussi dans le temps (la mienne est comme neuve à l’heure où mes anciennes tenues auraient déjà des fuites).

combi-pluie-revit-0004

L’autre truc de ouf, c’est ça compacité. Ben oui. Parce que ce n’est pas une sinécure à trimballer tout ce plastoc. Quand mes parents partent en duo sur leur 1200 RT ils consacrent… une valoche aux tenues de pluie. De mon côté, combien de fois j’ai laissé ma combi hors du sac à dos en partant au travail, lui préférant un paquet de copie de plus. Et combien de fois je l’ai regretté… Surtout qu’en général j’ai toujours la flegme de le corriger pendant les récrés ce foutu paquet. Là – comme un duvet – tu la rentres dans sa petite housse de compression et hop elle se fourre dans ta sacoche de réservoir ou un coin du top-case. Royal. Je pense que c’est notamment permis par la matière textile employée, très souple et légère. Du coup, tu prends vraiment l’habitude d’avoir cet équipement toujours sur toi vu que ce n’est pas une corvée de le charrier. 

combi-pluie-revit-0005

Bon ensuite il y a les petits trucs classiques sur lesquels on ne va pas passer dix ans : la petite poche qui va bien – qui n’a jamais dû faire un strip-tease de combi après avoir laissé les clefs de sa brêle dans son jean ? –, les réglages aux pettons et aux poignets pour pouvoir l’enfiler avec les bottes et passer par-dessus la manchette, les équipements réfléchissants car qui dit pluie dit visibilité de merde. A ce sujet, je pense qu’ils auraient pu mieux faire. Mais bon, ils vendent le même modèle en version jaune fluo pour ceux qui aiment être vus.  

Alors – concrètement – est-ce que ça vaut le coup de mettre 100e  dans une foutue combinaison de pluie ? Je me suis amusé à faire le calcul de mon côté : en raison de minimum 2 tenues low cost par an vu mes poils de cul abrasifs, j’en suis presque au même budget annuel que cette Rev’it. Sauf que j’achète de la merde à l’étanchéité aléatoire. Du coup, je m’embourgeoise sûrement, mais je trouve que ça vaut le coup cette combarde. Après, bien entendu, tout dépend ta pratique. Si tu ne roules qu’après avoir consulté Météo France, un bout de plastoc premier prix fera toujours l’affaire pour une averse inopinée. Mais le motard du quotidien (et je pense à mes amis parisiens qui subissent l’hydrométrie francilienne) saura apprécier et rentabiliser un équipement de qualité, porté – hélas – très souvent. Enfin, pour les baroudeurs et autres roule-toujours la compacité de ce genre de tenue est très séduisante et elle a pris bonne place dans mon « paquetage » d’aventurier à la petite semaine.

On est donc pas dans du gadget ou dans un « look » (ça pique autant les yeux qu’une tenue premier prix) mais dans du bon matos haut-de-gamme. Et ça – quand on en a les moyens – ça prend tout son sens.

Plus d’infos sur cette combinaison de pluie Rev’it Pacific H20 ⇒  Speedway.fr       

10 Commentaires

  1. Belle présentation!
    De bonne qualité ou pas reste un eternel probleme…. pisser quand t’en en combi intégrale :p
    Juste pour la facilité d’enfilage ca vaut le coup 😉

    Y’ pas longtemps, tu prônais « le motard à la dure » pas de poignées chauffantes, selle dure etc…

    Tu joue à Jacques Dutronc…

    Oui oui , je suis de mauvaise foi 😀 😀

    • Oui dans ma chronique « mauvaise foi » pour Ixtem j’exagère volontairement le trait pour faire réfléchir à ce qui relève de l’équipement pertinent et du gadget. Même si chacun n’a pas la même définition de l’utile forcément. Et c’est là où la mauvaise foi entre en jeu :-p

      Pour le coup, je reste cohérent en un sens : 100 balles dans un équipement simple, indispensable à mes yeux et (très) fonctionnel ça a plus de sens que de lâcher la même somme pour des, pardon une, protection de clignotants en alu anodisée qui fait « adventure » (à défaut de la vivre, l’aventure). Mais bien sur on est dans le subjectif et chacun est bien entendu libre de faire ce qu’il lui plait. Encore heureux !

      Perso, je suis de plus en plus dans une démarche de simplification dans mon équipement et ma moto au profit de la qualité. Enfin, je m’exprime mal. En gros less is more mais du less qui fait bien son taf. C’est pas plus clair je sais. 😉

  2. Parfaitement d’accord avec toi!
    Comme la question « je m’achète un pot à 500 boules ou un bon casque..? »
    Oh je vais prendre le pot c’est mieux!

    J’exagère mais je te rejoints dans ton analyse ?

    • Ben oui mais mon appareil photo n’est pas imperméable donc quand il pleut je me contente de… rouler. Je fais ma star après :-p

      Elle fait son travail sous la flotte en étant imperméable quoi, je ne voyais pas trop quoi raconter sur mon « expérience de conduite » avec si ce n’est que j’étais au sec. Sacré scoop. :-p

  3. Bonne idée d’article, car je me suis posé la même question il y a un an (après 25 ans de moto tout de même !!).
    J’ai opté pour un en semble pantalon et veste de pluie de chez Scott. Le modèle « Ergonomic Pro DP » (http://www.motoblouz.com/vente-scott-ergonomic-pro-dp-57848.html) et pour vous dire, je ne suis vraiment pas déçu :
    – Un pantalon de pluie qui remonte relativement haut, une doublure intérieure façon néoprène (qui permet de l’enfiler facilement avec les chaussures ou les bottes), une fermeture en bas de jambe qui remonte au niveau du genou (également pour faciliter l’habillement ou le dés-habillement) et cette même fermeture éclair est étanche.
    – Idem pour la veste de pluie, également équipée d’une fermeture étanche et d’un col relativement enveloppant (http://www.motoblouz.com/vente-scott-ergonomic-pro-dp-57847.html)… qui est disponible en noir ou jaune fluo selon les goûts !
    Au final, une étanchéité à toutes épreuves, et le tout vendu avec un petit sac de transport bien pratique.

    • En effet, le Scott est une des références en la matière à ce qu’il paraît. J’en ai toujours entendu de bons retours et tu valides encore plus mon a priori positif sur cette tenue. Une fois que j’aurai rincé la Rev’it je passerai sur du Scott 😉

  4. T’as vraiment dû radiner quand tu choisissais tes équipement de pluie avant. La combi Baltik à 40 balles que tu trouves chez Dafy fait le taf et tiens bien dans temps. En tout cas elle m’a jamais déçu.
    Par contre le gros point fort de celle que tu présente c’est la compacité une fois rangée! Vu la taille minuscule du boudin, tu la laisse sous la selle toute l’année et t’a même plus a te poser la question de la prendre ou pas.

    • Eh bien je l’ai eu la Baltik figure toi (la version avec les épaules jaunes fluo, de toute beauté :-p ). C’est celle qui a tenu le plus longtemps de toute en effet mais ça a fini par passer aux fesses (j’avais posté la photo sur twitter à l’époque, un vrai string sur mon pantalon beige, mes élève avaient adoré). Mais en effet, son principal défaut c’était son volume gigantesque…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here