J’ai appris, à mes dépends, comment survivre aux multiples pannes de ma CB 350. Enfin, j’ai surtout appris quoi prendre dès que je la démarre… Moi qui avais l’habitude de rouler sans outillage, je me retrouve désormais avec THE sac accroché à mes épaules.

Niveau outillage, comme je ne peux pas emmener ma super caisse à outils de fou, j’ai essayé de prendre le strict minimum mais qui pèse quand même un âne mort sur le dos. Des clés plates de 10 (rétroviseur) à 19 (bouchon de vidange), des clés à pipe avec les même tailles (histoire de tenir une vis tout en desserrant son écrou.) Un assortiment de clé torx (cache culbuteurs, carters divers et variés). J’ai également toujours sur moi deux pinces : une fine et une réglable.

Une poignée de colson, parce qu’on peut tout réparer avec ça ! Je fais d’ailleurs tenir les fils électriques de mon feu stop sur le bras oscillant avec. Même l’hiver pour rouler dans la neige ils sont utiles en se transformant en chaînes de fortune : Il suffit d’en mettre tout autour de la roue, en travers du pneu, parallèle au guidon et le tour est joué ! J’avais tenté de rouler dans cette configuration avec mon premier deux roues : une 125 CBR. Pour rouler dans 15cm de neige c’est plus rassurant. Deuxième matos super utile pour plein de trucs : du scotch électrique ! Pour faire quoi ? Une superbe croix sur votre phare, isoler vos fils électriques, voir même scotcher le surplus de sangle de votre sac ou du casque qui vous fouette le dos ou le visage en roulant (vécu)…

Après vous allez me prendre pour une folle mais j’ai également mon schéma électrique (en couleur !!) que j’ai plastifié pour pouvoir le sortir en tout temps et y mettre des traces de cambouis sans l’abîmer. Car oui ma moto m’en a fait voir niveau électrique. Au moins maintenant la partie que je ne connais pas par cœur je la retrouve sur ma fiche.

cb350_k4

Niveau fluide, j’embarque un bidon de 1L d’huile 10W40, parce que ma moto fuit un peu depuis toujours. On m’a dit : « si ça fuit c’est qu’il y en a » et un jour pas de suintement, vérification niveau : presque plus rien ! J’en ai profité pour la vidanger. Une bonbonne de WD40 pour les vis récalcitrantes. Une bonbonne de lubrifiant à chaîne ( d’ailleurs je n’ai encore jamais graissé ma chaîne à attache rapide depuis 1000 km, va falloir y penser). Et une bouteille d’eau pour moi !

Ne jamais oublier un petit chiffon au moins pour s’essuyer les mains après les petits déboires ou pour enlever les gouttelettes de SP98 sur le réservoir. Ha oui j’ai aussi des gants pour « mécaniquer » au bord des routes. Étant à la recherche d’un emploi administratif, des ongles noirs de cambouis ne me mettent pas en tête des postulants !

Ensuite la partie spéciale CB 350… des pochettes de visseries ! Car oui dès que je roule je perds des pièces ! Feu stop (3 fois), pot d’échappement, rétroviseur, vis du cache de tendeur de chaîne (j’ai d’ailleurs frôlé la casse moteur avec cette vis baladeuse) et j’en passe. J’ai toutes les vis importantes en double et presque toutes les autres également. J’anticipe aussi sur l’électricité avec des cosses de différentes tailles et quelques fils dénudés ainsi que la pince à sertir.

deuxieme-feu-stop

Avec tout ça il ne me reste plus grande place dans mon sac à dos. Assez pour y mettre les papiers obligatoires : carte grise, carte verte, permis de conduire et carte d’identité.

Enfin, comme tous les motards (et les automobilistes) responsables j’ai mon gilet jaune ! Si, si je suis super éduquée. Mais pas sur moi hein, bien au fond du sac !

Et malgré cette prévoyance quasi obsessionnelle (diront certains), rester en « rade » au bord de la route est toujours possible. Mais cela me rassure de pouvoir anticiper 75% (j’espère) des pannes…

D’ailleurs, mon moteur est actuellement ouvert sur la table car un des pistons est totalement rincé…Voilà quelque chose qui manquait dans mon sac Mary Poppins !

img_7262

Chacha roule sur une CB 350 de 73 entièrement remontée par ses soins. Si, si, une fille qui sait bricoler, ça existe. Et pis elle la pilote aussi. Sa came c'est les courses de côtes et autres compètes d'anciennes. Chacha est aussi vive au guidon qu'à la plume et nous régale de ses exploits. Accrochez-vous !
PARTAGER

6 Commentaires

  1. Je suis pas loin d’avoir autant de truc alors que ma moto est neuve ?
    Mon pere m’a toujours dit « on sait jamais » du coup mes potes adore rouler avec moi parce qu’il savent que j’ai tout!!
    Je commence à croire que c’est juste pour ca ?
    Un bel article qui donne des idees !

  2. Ne pas charger tout çà sur le dos, c’est beaucoup trop dangereux… Si tout ça est dans le sac à dos, il vaut mieux sangler le sac à dos sur la moto.

    Sinon à la première chute, c’est le dos qui va prendre l’empreinte des différentes clés et pinces…

    • Amen ! « Tout sur le bestiau, juste la dorsale sur le dos » pourrait être une de mes devises.

      Et pour sangler le sac, rien ne vaut la bonne « araignée » qui évitera de voir flotter au vent (et dans les rayons) les sangles du sac ! 😉

  3. Si on n’est jamais à l’abri d’une panne, on n’est pas non plus à l’abri d’une chute…

    Alors je rejoins l’avis general: Ne mets pas tout ça sur ton dos! Les sacoches, c’est pas toujours esthétique, on est d’accord, mais au moins tes disques (de colonne, pas de frein) te remercieront, meme si tu ne tombes pas… V

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here