Mon tout premier gros cube a été le – trop méconnu – Suzuki 650 XF. Un trail japonais affublé d’un nom de custom délicieusement ringard : Freewind.

Pour la décrire en un mot, je dirais que c’est une moto tout simplement… moche. Rarement une bécane n’a autant fait l’unanimité sur ce plan là. Mais ce n’est pas sa faute. Le Freewind, c’est un peu le mai 68 de la moto. Ça devait être une révolution mais ça a mal fini. Audacieuse remplaçante d’un 650 DR encore très Dakar spirit, elle devait être une sorte de mix entre un trail, une super-mot’ et une GT. Une routière polyvalente de petit calibre quoi. Complètement avant-gardiste quand on voit les « SUV » (ou « trail routiers ») qui fleurissent aujourd’hui. Manque de bol, à son époque, c’est le marché du roadster agressif qui explose. Avec son moteur pas impressionnant du tout, ses formes gentiment arrondies, le 650 XF est une moto démodée de naissance. Très vite catégorisée bécane low cost pour vieux qui s’y « remet », cette machine va mener une existence tristement anonyme jusqu’à son éviction du catalogue au profit du V-Strom (que j’ai possédé par la suite d’ailleurs). Face à cet indigne oubli de l’Histoire (si si), je ne peux que vous raconter un peu ce premier amour.

Certes, je l’avoue, c’était un mariage arrangé. Glauque. Aucun sentiment au départ, mais vraiment rien. Je voulais un 690 Duke parce que dans la pub ils disaient qu’avec, on avait toutes les filles qu’on voulait. Sauf que, tu le sais bien, les banques n’ont aucun romantisme. Puis le destin est venu taper à mon casque. Mon père s’offre sa folie de la cinquantaine : un 1200 RT avec l’abs, le chauffage et tout le tralala du mec qui a réussi sa vie. Enfin ça reste de l’occase bien sur, on est du genre paysan auvergnat dans la famille. Du coup il me dit : « Plutôt que de vendre mon vieux Freewind, si tu veux je te fais une avance sur héritage ». Et comme on dit, à cheval donné, ne regarde pas les dents…

En parlant de chevaux, ben elle en a pas beaucoup cette pauvre Suz’. Niveau vitesse de pointe, mon record doit être 160 km/h en pente et vent dans le dos. Mais rassure toi, c’est largement suffisant pour se tuer quand on commence. Et puis l’avantage d’un gros mono, c’est qu’il n’y a pas besoin de rouler à des vitesses folles pour se sentir vibrer de partout. C’est pas une image : ça secoue, cette grosse gamelle qui claque sous tes fesses. Et je ne te parle pas de toutes ces fois où j’ai calé en ville sur le coup de piston. J’étais fier. J’avais l’impression d’avoir une « moto de caractère » comme ils disent les types des magazines.

Et pis d’abord, c’est pas la taille qui compte, c’est la façon de s’en servir. Et – sincèrement – les trucs les plus dingues que j’ai fait en moto à ce jour c’est avec ce Freewind. Qu’ « on a fait » je devrais dire. Car c’est sur sa selle aussi plate que glissante que l’on a appris à rouler ensemble ma gonzesse et moi. Gros freinage, gros coup de boule. Toujours en duo, chargés comme des baudets (au début, on ne maîtrise pas encore bien cet art motard du « compactage ») et surtout toujours à toc. Telles furent nos trop brèves années Freewind. On pouvait partir « voir l’Aigoual » un soir à 19h. 200 bornes de routes de montagnes by night. Inconscients. Un weekend, on a même fait un triplé : Ventoux-Rousset-Galibier. Un chemin ? Cool ! Des pneus à tétines pour les cailloux ? On a un trail oui ou merde ? On avait surtout les fesses en béton… Ça c’est pour son côté GT.

Mais je garde le meilleur pour la fin : l’arsouille. En ligne droite, la Freewind ne vaut rien. La pire des daubes. Mais dans les virages de montagne, ahhh mamamia, je défiais n’importe quel quatre cylindres. A son guidon, j’étais le « Kid » des Cévennes, toujours en embuscade. Plus joueur qu’un mono, tu meurs (littéralement, parce que perso c’est pas passé loin dans la seconde épingle en descendant sur Florac…) Et puis elle est sympa cette moto, légère, gros débattement, autrement dit, elle te pardonne tes moments d’égarement. Un terre-plein « haricot » pas indiqué ? Hop-là, décollage et atterrissage en règle. Un tout droit dans un virage ? Hop-là arrêt dans le champ dix mètres plus loin. Elle m’a pardonné toutes mes erreurs de jeunesse, j’te dis.

En revanche, s’il y en a un qui ne l’a pas épargnée, c’est bien moi. Tu sais, c’est comme dans le film sur la Coccinelle : je ne la méritais pas. A force de jouer avec ben je l’ai cassée. L’arsouille de trop. Dans un râle d’agonie, le bas moteur est tombé en miettes. C’était terminé. Avec ma copine on était là, tout penauds, assis sur le bord de la route, à la regarder se vider de ses dernières gouttes d’huile. On perdait une amie.

Voilà l’histoire de ma première moto. Je ne l’ai pas choisie. Je ne savais pas encore que dans une moto, la beauté est au-delà du carénage. Toi qui viens de passer ton permis, au lieu de céder aux sirènes de la mode, jette un œil sur les 650 XF. C’est presque donné tellement c’est pas recherché. Ça ne te coûtera rien en assurance et pas grand chose en entretien. Et je te promets que tu en auras pour cent fois son prix en émotions.

D’ailleurs, tu sais quoi ? Si c’était à recommencer, je le choisirais ce vieux Freewind. Car c’est et ça restera la première moto avec laquelle j’ai éprouvé ce qui nous guide tous nous, motards. C’est à son guidon que j’ai pu ressentir le vent de la liberté.

Freewind 2

31 Commentaires

  1. Elle est triste l’histoire de cette moto… Tu l’as rendue belle, mais elle ressemble tellement aux destins tragiques qu’on voit dans les films : celui qui n’intéresse personne et qui se sacrifie toujours à la fin.
    Bon ce soir j’attaque le JBT2 pour me remettre de ces émotions… Oui car chose promise chose due, j’ai fini le 1er tome hier soir 😉

  2. C’est bizarre ce que tu décris, t’es sentiments c’est exactement ce que je ressens en ce moment avec mon 650 Dr, c’est ma première moto, c’est pas tres beau (encore que !) Ça de se traîne en ligne droite et choisie par défaut. J’ai qu’une envie c’est d’en changer mais je suis sur que plus tard je la regretterai 🙂

  3. Une moto que j’ai eu et que j’ai revendu 4 mois après. Je n’ai jamais eu que des monos, je sais ce que c’est… Eh bien celui-là c’était le pire ! Comment peut-on s’habituer à des coups toujours présents à 3500trs ? Obligé de pousser la moto à 4500 voir 5000, tout juste quand ça commence à gueuler (car cette moto n’a aucune allonge, honnêtement). Non j’aimais vraiment pas, mais c’était peut-être un mauvais numéro ou une histoire de réglage. Et que dire de la position de conduite, je fais 1m83 et je ne savais pas rester 1h sur la moto sans avoir mal au niveau des cuisses… Une grosse déception à ce niveau-là. PAR CONTRE ! Les commandes, la boite et la finition, là rien à redire, c’est du Suzuki.
    Dans la même tranche de prix, voir un peu plus cher (entre 1500 et 2500 €) préférez la GS650 ! Ce moteur est bien mieux conçu (injection et possibilité d’évoluer sur un filet de gaz à 2500trs), le confort est très correcte et le niveau d’équipement également (ABS, poignées chauffantes…), mais avec une finition assez moyenne dès que l’on commence à la démonter soi-même.
    A bon entendeur !

  4. et moi, j’ai 50 ballets et je viens de faire la même crise que ton paternel , je viens de me payer une 1200 RT , d’occaz aussi car si je ne suis pas auvergna , je suis Ardennais , c’est pas mieux.
    Continue à nous narrer ces belles histoires, on adore.

  5. Quelle belle épitaphe et quel sublime hommage, tu as réussi à me faire rire, sourire et pleurer ( une petite larme hein je suis pas une chochotte ) lol mon amoureux et moi on a une freewind aussi et je l’aime d’amour cette petite bécane. Je la trouve belle, elle a de l’allure je suis fière dessus quand avec mon amoureux dans les virages on laisse derrière tous les papas en bmw et etc… que d’émotions et d’aventures quand j’entends le bruit du moteur et les grognements de mon homme quand il change les vitesses et que ça passe pas sur le periphe ou ailleurs. Cette moto c’est notre 1 ere moto c’est une histoire à 3 ou chacun partage; même quand on a eu un accident avec je suis remontée dessus car j’ai confiance en cette moto je me sens bien dessus et moi aussi j’ai développé des fesses en béton et un réflexe de « et merde j’ai encore tapé dans son casque bordel! ». Alors moi aussi je suis heureuse de dire que j’aime Notre freewind et qu’elle fait partie de notre famille et qu’on partage des bons moments avec elle ( la notre est toujours en vie , don’t be jealous 😉 ).

  6. Je viens d avoir mon permis et j ai 46ans,j ai acheté modèle de 97 à bon prix , et franchement pour débuter je la trouve pas mal du tout bonne sensation bonne reprise juste peut-être limite en vitesse,juste au niveau du bruit moteur un peu dérangeant au début. Sinon content de mon achat

  7. le bas moteur est tombé en miettes ? Wow c’est étonnant, pourtant elle est très fiable, même moteur que la DR 650SE ! Je sais que les joint d’embase d’origine sont à changer(mauvaise matière) mais bon… Que c’est-il passé exactement ?

    • Je te dis la panne exacte cette aprem : je vais demander en direct live au paternel, grand gourou mécano en chef qui a démonté tout le moteur avant de – fidèle à lui même (voir texte « La gloire de mon père ») – le ressusciter quelques mois plus tard avec la moitié d’un autre.
      De tête là, il semble me souvenir qu’elle avait souffert de longues années sans rouler et du fait que je la faisais tourner comme un 4 cyclindres (le con)… Mais je ne veux pas te dire de bêtises donc attendons. 🙂

    • Alors, mon père me dit que ce sont les roulements d’arbres de boîtes qui ont été désintégrés. A son avis, c’est juste parce que je roulais comme un âne. Puis du coup les carters ont pris, etc. Et il a dû refaire tout le bas-moteur (boite à vitesse, carters,…)

  8. Une freewind!!!!

    J’ai fièrement eu mon permis A2 en Juin, et je me suis payé une freewind!
    1000 balles d’occaz, a peine 30000 bornes (37 000 depuis)!
    Bon, ok au début le mono qui cogne sous les 3000 te saoule, tu te dis que jamais t’aurais du acheter ça…

    En fait, je ne regrette pas mon achat, c’est vrai qu’elle est super économe et facile à prendre en main!
    Le moteur est super simple, y a quasi pas d’électronique, donc j’apprend les bases de la mécanique dessus…

    D’ailleurs si quelqu’un s’y connait: quelques temps après mon achat, je me suis rendu compte qu’elle fuyait, je décide donc sur conseil d’un garagiste de refaire le joint de couvre culasse (étudiant = pas de sous)
    Très vite, j’ai compris la raison de cette fuite: une vis cassée au raz de la culasse… Donc perçage, et extracteur. Sauf que au moment de tourner l’extracteur, il se casse!!!!!
    Miséricorde!!
    Du coup, si quelqu’un sait comment percer un extracteur de vis…

  9. Ben, la freewind est ma bécane de montagne ! Je roule 2 mois dans l’année avec en Hte Savoie sinon le reste de l’année je roule en BMW R 1200 GS Rallye : pas une poubelle !
    Et bien, j’adore la freewind, rien à voir avec les performances de la Gs, c’est sûr mais elle est tellement agréable en montagne et sa légèreté est un réel avantage. La selle d’origine étant « moyenne », je me m’en suis fait faire une sur mesure et j’enquille 5 à 600 bornes en une journée avec sans avoir le cul en ruine , sur des route de col, c’est pas peu dire !

  10. Hello,
    Très chouette récit, dommage pour ta première monture…
    J’ai acheté hier une freewind de 99 en super état. Le plus jeune de mes gamins, ma fille Eve a eu son A2 en septembre 2015, et a roulé en virago 535 depuis. Presque 4000 km en custom…de quoi comprendre que c’est joli mais pas super pratique, et je parle pas d’être passager sur un petit custom comme la 535…Assis sur un bout de selle tout juste plus grand qu’un paquet de clopes, les jambes pliées façon volaille au four, va t’en en vacances comme ça avec en plus tes affaires de camping !
    Ce constat fait, on mets la virago en vente, elle part facile. On se mets à rechercher une moto compatible A2, tenté par la CB 500 on en essaie une, elle est chère elle ne tourne pas bien et puis faudra la brider, elle tombera à 34 cv, faudra-t-il la pousser dans les cotes ?
    Par hasard, qu’est-ce qui est compatible avec le A2 ? Bon sang mais c’est bien sur les trials, 600, 650 monocylindre autour des 45 cv comme la Ténéré de mes 20 ans.
    Le coin coin, à deux pas de chez nous une XF 650 Freewind, j’avais déjà vu des moto comme ça, mais quand, ou ? je ne m’en souvenais plus.
    Ma fille et moi l’avons essayée hier soir, et nous l’avons achetée assurée et ramenée à la maison. On a un mois pour faire connaissance, puis au départ d’Alsace on ira dans les Alpes, le nord de l’Italie, peut-être un peu d’Autriche.
    On partira avec nos affaires de camping, ma fille sur sa Freewind, sa maman sur sa 700 GS, et moi sur ma 800 GS, quant à Victor, notre ainé, il n’a pas de chance il travaillera au mois de juillet, sans cela sur sa FX Vigor 650, pas de doute qu’il nous aurait accompagné.
    Salut à toutes et tous, j’ai gardé une petite part de peur à mon guidon, je crois que ça m’aide petit à petit à devenir un vieux motard. Bonne route !

  11. Merci pour ce texte souvenir!
    Il me rappelle mes vertes années, il y a 8 ans, au guidon de ma 600 diversion (rouge!) de 92 achetée 1000 €. Démodée, pas vraiment de gaz, bien suffisamment ceci dit pour le Bitos que j’étais et suis encore, serais-je tenté de dire…
    Mais c’est à son guidon que j’ai ressenti mes premiers émois motards, première virée, premier sac arnaché, première honte (ah les blocs disques), premiere grosse saucée. Comme tu l’as si bien dit, c’est à son guidon que je me suis senti « Libre », de ce sentiment si grisant qui te fait savoir que tu as fait le bon choix, que tu es fait pour Rouler, nez au vent et pieds au sec (ou pas)…
    J’en profite pour féliciter Cigalou et l’équipe, j’ai découvert Vie de motard il y a peu et accroche totalement à l’esprit du webzine. Je prends beaucoup de plaisir à vous lire, et rongntudjiuu, lorsque je rachèterai un Trail, vous aurez votre part de responsabilité!
    Bon vent, bonne route.
    Gabzzz

  12. Magnifique hommage rendu par toi à cette sublime machine.
    J’ai 41 balais et 20 ans de permis derrière moi (et encore plus devant, je l’espère) et après avoir roulé sur des Inazumas de toutes les cylindrées, Transalp/char à boeufs, 900 Daytona de camionneur, je me suis repayé un Freewind (le second) et je m’éclate comme un malade. Le premier supermotard de série en somme. Bonne protection, bonne autonomie, confortable, moteur super enjoué… Des prestations dynamiques vraiment très enthousiasmantes.
    ça cogne en 3e en dessous des 3000t/mn ? Ben ui ! C’est pas un 4 pattes injecté et insipide. ça a un mode d’emploi, et pas des plus complexes en plus…

    Quant à la gueule, je ne suis pas d’accord avec toi Cigalou. Cette moto n’est pas moche: cette moto est un secret bien gardé ! Suzuki a fait en sorte que cette partie cycle et ce moteur géniaux ne tombe pas entre de mauvaises mains, et à fait en sorte qu’elle ne se vende pas (je n’en perçois encore pas bien la stratégie commerciale mais bon…). Pour cela ils lui ont donné un nom ridicule et l’ont habilement camouflée sous plusieurs couches de plastique. Très très forts les types de chez Suz’…

    Bon, d’accooooord elle n’est pas sensuelle. Mais elle sont sensuelles les Aprilia Strada ? (motos de la même époque et de la même catégorie) Non car elles ont à peu près la même gueule. Elles sont sensuelles toutes les motos modernes qui ont toutes la même gueule ? (Non je suis pas passéiste !!).
    L’esthétique du Freewind n’est pas bandante. Ok !! C’est bien le moins que l’on puisse dire. C’est vrai qu’avec une transformation en beau scrambler type Triumph, en plus d’avoir un beau ramage, elle aurait un beau plumage. Mais enlève les peintures et les autocollants et trouve moi la différence entre un katoche super diouque 2016 et un Kawa 800 ou 1000z… Ben non, yena pa !
    Les ingénieurs Asiatiques ou Européens utilisent les même logiciels de CAO et mettent les mêmes solutions moteur (double ACT 4 soupapes refroidissement liquide) sur les mêmes parties cycles. ça manque un peu de personnalité tout ça…

    Alors oui ce Freewind ne dégage pas un charme fou (quid du BM K1 ou même des derniers R1200rt…) mais il a quand même de la personnalité. Et comme tu le dis si bien, les 4 cylindres puissants peuvent toujours s’accrocher sur les petites routes tournicotantes !

    Merci pour ton blog et pour la fraîcheur des propose tenus ici. ça fait du bien un vent de passion et d’originalité dans un monde bouffé par la standardisation…

  13. Bonjour rien a redire tu a tout dit que du bonheur avec ma grand mére 🙂 de plus pour son age il y avait deja la jauge a essence tres pratique quand tu fait du off read, oui tape cul mais un plaisir d’un gros mono ou tu sens le couple a bas regime !
    bon ma grand mére j’espere me fera encore quelque fois plaisir de sortir avec elle
    tchoa

  14. Merci pour cette jolie histoire. J’ai un freewind 2000 acheté une bouché de pain alors qu’elle avait 17000Kms. Avant cette moto « polie », j’ai possédé un KDX125 (à 17 ans), un gros et lourd Roadster Zephyr 1100 et une GT-Sportive aprilia RST 1000 furura (une gueule d’enfer mais une belle merde en terme de fiabilité et de conduite).
    Et bien, Si je dois retenir et garder une moto, ce sera la freewind. Pratique, increvable (si elle est bien traitée), et agréable a conduire (bcp plus que les précédentes). Si ce n’est pas un foudre de vitesse, elle est largement assez puissante pour les limitation de vitesse et même en duo. Tellement idéale pour l’usage que j’en ai (déplacements en ville et ballade moto de 200Kms max) que je n’en changerai pour rien au monde. En l’équipant un minimum (bulle haute et scelle confort) on peut l’utiliser sur de plus longues distances.
    L’essayer, c’est l’adopter.

  15. Une belle histoire, c est vrai… J espère que la mienne le sera autant. Je passe mon permis, depuis le temps que j attendais… et j ai acheté une jeune freewind de 97 avec 30000km, que j ai acheté pour une bouchée de pain. elle est magnifique pratiquement pas de rayures, pas de bosses.. Moi je la trouve magnifique. Merci encore

  16. Une belle histoire et je me retrouve dedant ! J’ai acheté ma freewind l’année dernière après l’obtention du permis A2. Aucune idée de la moto qui me plairait et me correspondait. De plus, étudiante à cette époque j’avait un petit budget. C’est mon père qui fut très impliqué dans cette recherche qui me conseilla le freewind avec comme arguments : c’est une moto fiable robuste et qui pardonne beaucoup d’erreur. Je ne veux pas mettre mon bébé sur n’importe quoi !! Bon ok elle est pas sublime mais avec le temps je trouve qu’elle à de la gueule. Après essai, j’ai bien aimé la position bien droite qu’on a sur ce petit trail. J’avais un peu peur qu’elle soit trop lourde pour moi (je suis une fille avec pas beaucoup de force lol) mais en fin de compte elle est super magniable. Aujourd’hui j’adore ma moto elle est super pour les balades en campgne, sur les petites routes de terre. Je n’ai pas encore utilisée en montagne j’habite dans le nord mais c’est prévu et j’ai confiance en ma belle elle ne me décevra pas !

  17. C’est un vieux qui s’y remet … avec une freewind. LOL.
    Bien dit tout cela. Des fois la gueule ne fait pas tout.
    Je sais de quoi je parle, étant loin d’être un prince charmant.
    Mais ma foi, de belles choses accomplies dans la vie.
    Tu dresses un beau portrait de cette bécane. Si je l’ai choisie pour finir ma vie de motard c’est bien parce qu’elle a tout d’une grande.
    Le moteur SACS est comme la GSXF que j’avais (les premières) INCREVABLE !
    Bonne route à toi!
    Un Basque

  18. Sympa ton histoire, et d’autant plus intéressante pour moi que j’ai 61 balais, une 1200 RT (achetée neuve en auvergne), et une freewind !

  19. Salut les amis de cette belle et émouvante mot’histoire, possédant une petite comme la vôtre modèle 99 achetée il y a 2 mois à 66 000 kms je l’utilise tous les jours sur nos belles routes de haute Savoie et je lui ai déjà envoyé 6000 kms.
    La moto une grande passion, mais j’ai du attendre 40 ans l’âge de la raison pour rouler en 2 roues…..
    Comme tu le dis la freewind c’est pour moi un choix par défaut j’étais parti pour acheter un 500 kle, en arrivant à la concession kawa de mon coin  » trop tard Mr elle est vendue » ni une, ni deux, je fais le tour des marchands et la un truc de dingue une xf sortie de garage , poussiéreuse et dans son jus pas de prix, pas jolie, et la il me semble reconnaître le fameux Mono je me renseigne un peu plus on épluche la carte grise, et j’appelle mon assurance et hop 1000 euros plus tard me voilà chevauchant ma « belle ».
    Une histoire qui ne fais que commencer car ma fille va pousser derrière en passant aussi son A2 tandis que je passerai le cesame A.
    Bref on a pas fini de voir cette bonne bouille plastifiée dans notre garage et sur nos routes

  20. Vos commentaires passionnés m’incitent à prendre le clavier en mains.
    Bien sûr, j’ai apprécié comme vous le récit de Quentin. Bravo! *
    Je suis encore plus vieux que les personnages qui interviennent ici, et j’ai vendu ma douce Seven Fifty (Honda 4 cylindres), parce que je roule peu sur les grandes routes et qu’elle s’ennuyait au fond du garage.
    Depuis, j’ai restauré une petite Honda 125 XLS de 1985 pour arpenter les petites routes de l’arrière-pays varois. Mais récemment, mes vieux complices m’ont entraîné avec eux dans un trip de 1000 km en Ardèche, que j’ai effectué à son guidon.
    Bonnes rigolades dans les virolets si l’on se donne beaucoup d’angle et de régime. Là, les différences de performances entre cylindrées sont infimes. Et les commentaires parfois amers…
    Mais dans les côtes rectilignes, c’est la punition : 13 CV c’est vraiment peu. Et rester à 9500 tours pendant de longues minutes par 32° ne me convient pas du tout.
    Mon complice de randonnée (un jeune retraité de 70 ans à peine) m’encourage à assouvir encore un peu mes soi-disant qualités de pilote (?) et de racheter une vraie moto.
    Je la voudrais légère surtout, et bon marché pour ne pas m’attirer les foudres du ministre des finances domestique, qui préfère investir dans les voyages que dans les vices de son vieux gamin d’époux…
    C’est pourquoi j’avais pensé à la Freewind, dont l’esthétique me plaît bien, (tous les goûts …).
    Y at-il beaucoup de risque à acheter ce modèle avec du kilomètre? Combien un mono de ce type peut-il faire sans rencontrer de gros soucis?
    J’ai vu passer une vente près de chez moi d’une Freewind magnifique sur la photo, avec près de 80000 km, pour 500 €.
    Autrement, elles sont généralement autour de 1500 €.
    Merci pour votre patience.
    Le Vieux D. (86 ans)

    * Dans le même registre vous pouvez aller lire sous ma plume :
    http://leblogadoch2.blogspot.com/2017/05/crise-dacceleration.html

    • Quoi ? Tu es passé en Ardèche et tu n’as même pas fait signe ? Je vis sur Privas et j’aime boire de bière avec les motards de passage !

      Pour ce qui est du freewind, c’est le moteur du 650 DR. Donc c’est très très solide quand c’est entretenu mais perso, je ne me risquerai pas sur une à 80 000 bornes. Pour un mono, c’est un peu la date de péremption même si avec un réalésage ça repart pour 100 000 (mais bon, c’est des vrais frais là de suite). Je pense que jusqu’à 40 000 km tu ne prends pas trop de risques. Et oui, 1500 c’est le prix du marché. Tu cherches forcément une position « trail » ? Parce qu’en ce moment, c’est sur les roadsters que tu feras les bons coups (les aléas de la mode).

  21. J’aurais su…
    J’aurais pas raté une mousse avec un gars qui aime écrire, comme moi.
    Non, je ne suis pas branché trail forcément.
    Parle-moi des meilleurs coups à faire sur les roadsters? Quoi par exemple dans les petits prix?
    J’aurais bien aimé retrouver une Honda CB400 N, mais c’est assez rare.
    À plus,
    Dominique.

    • Si tu aimes les Honda, tu as les CB 500 qui sont donnés. Le look est pas terrible mais c’est des motos exceptionnelles : moteur increvable et cardan, que demander de plus. Et niveau watts, beaucoup de jeunes roulent avec en rallye routier et je peux t’assurer qu’elles n’ont pas à pâlir face aux Sv et ER-6.

      Après, sinon, il faut passer sur du 600 4 pattes, cylindrée qui bat vraiment de l’aile actuellement en terme de mode. Perso, si je devais remplacer mon SV demain avec un budget de 2000 max ce serait une kawa Zéphyr. Elle sont belles, fiables et rarement bornées. Mais bon, là tu retournes dans des motos lourdes et je ne crois pas que c’était l’idée.

      • Bonjour Quentin
        Je suis tes œuvres depuis un bon moment maintenant. C’est un peu une cure de jouvence pour un vieux motard comme moi.
        D’habitude je n’interviens pas dans les discussions, mais là je me sens obligé de rectifier un petit détail, même tardivement…
        Heureux possesseur d’une CB 500 de 2002 j’ai eu beau chercher le cardan, je ne l’ai jamais trouvé. Ce sont les NTV, ancêtres de la Deauville (tout aussi indestructibles que la CB) qui étaient équipées d’une transmission par arbre.
        Ça m’aurait pourtant bien plu d’en avoir un, la chaine c’est vraiment une tannée. Mais quand on a la meilleure moto du monde et même de toute la galaxie, c’est un détail secondaire.

  22. Bonjour à tous !

    J ai conduit cette bécane pendant 2 ans ( à mes 20 ans )J ai fais 50 000 kms avec !
    Super moto pour commencer ! 47 cv donc passe au A 2 !! Donc pour la puissance ça suffit à griller tous ceux en 34 cv au la main !!
    Hyper confortable même avec selle origine, j avais mis selle confort pot dominator et top case. Je partais très souvent en week-end.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.