Formation 125 avec l'AFDM, ici a Bordeaux.

Rho eh l’autre là ! Il sait pas conduire ! Encore un mec qui a acheté son permis dans une pochette surprise ! Eh, y va même faire un stage pour apprendre à conduire ! Suis sur même qu’il arrête pas de se boiter !

Alors oui, je me suis déjà boité à moto. Comme au final, presque tous les motards. Fais pas trop le mariole toi qui crie à tue-tête que toi, non tu n’a jamais touché le bitume avec ta moto autrement qu’avec tes pneus, c’est (presque) qu’une question de temps…

Bon, pas tout à fait qu’une question de temps, non plus hein, vas pas paniquer et me faire une syncope ! Surtout, qu’en plus, ce stage je l’avais prévu avant même mon permis ! Pourquoi, t’interrogeras-tu ? Une pulsion latente de cônenplasticophilie ? Frustration de pas avoir eu que des A au permis ? Radinerie parce que je sais que mon assurance me fera une ristourne substantielle suite au stage ? Oui bon, y a un peu de ça…

Y a aussi du fait que mon stage, je l’ai fais avec l’AFDM, et que j’avais déjà eu l’occasion de faire un atelier “remise en selle” avec eux (même si j’ai pô vraiment arrêté de rouler l’hiver…). Leur méthode de conduite et les quelques exercices que j’ai fait avec eux ont déjà bousculé ma façon de conduire. Ben ouais comme tout le monde, j’me disais qu’y faut se pencher dans le virage, et chercher à coller le genou au sol sans que tout le reste suive (et ça avec le Vadadero 125 de mes débuts, j’ai eu du mal…) Eh ben non en fait ! Enfin sauf si tu va faire des ronds à Carole, où là c’est pas mal… Mais c’est mieux de trouver une position où tu arrives à voir si à la sortie du virage il y a, ou pas, le fameux éléphant qui s’est échappé du cirque Pinder…

Ça te parait pas naturel ? Bah en fait, ça l’est pas… Et pour faire simple, tu passes la plus grande partie du stage à te sortir de ta zone de confort. Au point de finir par faire des 8 en amazone sur ta moto, ou du slalom à genoux sur la moto… Et a kiffer ton week-end ! Et pour ceux qui se disent que c’est n’importe quoi, tout ça, tu finis ton stage par appliquer tout ça sur une belle petite ballade virolleuse… Et ben c’est à ce moment là que j’ai enfin fini d’enlever la paraffine sur mes pneus ! Au bout de 20 000 bornes, j’arrivais pas à me débarrasser de ce dernier millimètre que j’avais pas envie de gâcher, et bien c’est chose faite, en ayant des trajectoires plus propres et surtout plus sures qu’avant !

afdm

De tous les 8 stagiaires qui ont fait leur stage en même temps que moi, l’avis est unanime ! On est tous mieux sur notre moto ! Qu’on roule en 600 CBF, en 800 VFR (le 2014 en plus, j’étais un peu jaloux :-p ), en FJR ou en Brutale, tout le monde s’est senti plus à l’aise à la fin du stage, a eu l’impression de réapprendre à conduire. Et ça qu’on ait eu son permis il y a a peine plus d’un an pour certains ou il y a plus de 30 ans pour d’autres. Et dans tout ça, même pas mal, malgré les tentatives de certains (je dénonce pas les camarades), aucune chute n’est à déplorer dans le stage. Faut dire aussi que l’encadrement est plutôt du genre costaud : dès que tu es sur un exercice un peu touchy et bien tu es assuré, si jamais tu te rate pour éviter les gamelles… Et du coup tu te retrouve à avoir à certains moments un animateur qui te corrige ta position en plein slalom ou à l’abord d’un virage une fois sur route…

Et tu te rends compte que ça passe mieux comme il t’a montré.

Crédits photo : AFDM 

1 COMMENTAIRE

  1. Absolument d’accord!!! J’ai fais le stage AFDM (stage sur 2 jours) et suis également adhérente d’une CASIM (ateliers une fois par mois toute l’année).
    Mon seul regret est de ne pas l’avoir fait dès mes débuts, j’aurais gagné du temps d’apprentissage!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here