Parfois, je rêve d’avoir une moto sans histoire. Un truc tout con, banal, qui roule tout simplement, sans te plonger dans un océan de galères à chaque coup d’accélérateur. Je ne parle même pas d’acheter une moto neuve non, mais avoir assez de ronds pour un truc propre, je sais pas quoi, une jolie meule à 4 000 balles, ou même une machine à 2 000e un peu bornée mais entretenue par un maniaque. Sauf que de toute évidence, ce n’est pas encore pour moi, enfin, c’est ce que m’a dit mon banquier. Du coup, quand tu as 1 000e pour dénicher une bécane qui en côte facilement le double, tu peux être sûr qu’à ce prix là, tu as droit au pack « full emmerdes » en supplément.

Et bien sûr, je n’ai pas dérogé à la règle avec la petite dernière de mon sérail : un 750 Intruder de 86 « impeccable » C’est vrai que si l’on excluait les coulures de sa peinture de réservoir faite à la bombe, les chromes brillaient et – choses rares pour une Suzuki – elle n’était même pas bouffée par la rouille. Contrairement à mon SV, elle avait dormi dans un garage, elle. Le proprio, Pat, l’avait remise en état pour sa fille qui n’a finalement jamais passé son permis : pneus neufs, batterie neuve, plaquettes et garnitures neuves. Le gars à qui il l’avait acheté lui avait dit « elle a un bruit moteur » par contre. Alors Pat, prudent, avait déniché un second moteur pour remplacer celui-ci. Sauf qu’une fois installé : « clac-clac-clac ». Baisé. Il a donc farfouillé sur le bon coin jusqu’à un troisième moulin, celui actuellement sur la brêle. Il va chez le vendeur, ils le font tourner, tout va bien. Et il le monte sur l’Intruder en reposant juste à l’arrache les carbus dessus. Et basta.

Et c’est là que votre serviteur arrive. Forcément, la moto tourne méga mal mais elle tourne. Le feeling passe super bien avec Pat, un passionné qui roule depuis 40 piges. J’embarque la brêle et la dépose pas très loin, à Grignan, chez Gildas mon mécano adulé (qui commence à bien me détester, moi et mes épaves). Au programme, nettoyage des carbus, synchro et vogue la galère. Avec mes nouvelles responsabilités légèrement chronophages, Gigi a du se passer de l’aide de mes deux mains gauches et de ma dangereuse incompétence. Bref, il a pu bosser tranquille.

Sauf quelque jours plus tard, il m’appelle tout gêné : « Bon, ben je crois que t’as pas fait une affaire cette fois-ci ». Aïe, aïe, aïe. Une fois réglé, le moteur claque salement, ça sent le piston voire, pire, le vilebrequin. J’ai l’impression de recevoir une enclume sur la tête. Heureusement, j’étais en train d’acheter des couches à la pharmacie, je me précipite sur une boîte d’anti-dépresseurs pour cheval de course. Quelle poisse ! Je venais de fumer mes dernières économies pour… une moto foutue.

Essayer d’obtenir chacun le meilleur prix d’un machine, qu’on soit le vendeur ou l’acheteur, c’est quelque chose que je respecte et que je pratique comme tous les gens un peu raide niveau thunes. Mais ça n’empêche pas d’être réglo : tu sais ce que tu achètes, après c’est à toi de voir combien tu es prêt à y mettre ou pas. Mais vendre un truc avec un loup, ça se fait pas.

Remonté comme un pendule, je bondis sur mon téléphone : Dis moi Pat, je crois qu’on a pas bien la même définition de « révision »… Je lui explique la situation et mon étonnement d’avoir eu affaire a un margoulin alors que je croyais discuter avec un passionné. C’est au tour de Pat de recevoir une enclume sur le cornet. Il réalise en « direct live » qu’il s’est fait enflé par le type du troisième moteur. Se confondant en excuses et m’assurant qu’il n’était pas un entourloupeur, il m’a envoyé un chèque très correct dès le lendemain matin afin que je puisse investir dans un quatrième moulin ou retaper un de ceux que j’avais. Rien ne l’y obligeait, ce qui me laisse persuadé de sa bonne foi dans ce fiasco.

Après être passé par toutes les émotions les jours précédents, je décide de me poser et de cogiter un peu. La mauvaise nouvelle, c’est que ce n’est pas demain la veille que je « riderai » sur cet intruder. Ou alors seulement en descente. Pas très pratique. Ayant deux autres brèles dans mon garage, ma frustration est surtout « artistique » : tous mes projets de vidéos liées à cette moto sont reportés aux calendes de mars. Je m’en remettrai. La bonne nouvelle, c’est que, finalement, l’un dans l’autre, j’ai payé une bouchée de pain une partie-cycle propre, une carte grise de 750 Intruder et 3 moulins HS. Après tout, n’est-ce pas ce que l’on appelle une « base de travail » ?

Comme quoi, aucun scénario n’est jamais écrit à l’avance : je m’imaginais cruiser nez au vent avec l’arrivée du printemps, je vais surtout mécaniquer dans un sous-sol humide. Car c’est décidé, plus que bien entouré entre mon paternel et Gildas, ces prochaines semaines, enfin ces prochains mois plutôt, je vais tenter de reconstruire cette moto. Sauf qu’il ne s’agit plus de bidouilles à retaper comme sur le SV mais bien d’opération à moteur ouvert là. A la fois ça fait vachement peur pour le blaireau en mécanique que je suis, à la fois c’est super excitant. On va attendre que la neige fonde un peu en Haute-Loire pour acheminer les morceaux éparses de cette bécane jusque dans l’étable-atelier de mon père et le chantier va commencer pour de bon. Date de fin ? Indéterminée.

Mais, entre nous, qui n’a jamais rêvé de rouler sur une moto qu’il avait construite lui-même ?

 

15 Commentaires

  1. Aie!
    Pas de bol.
    Si tu trouves un moteur dans mon coin (Paris et région), je peux aller voir pour toi.
    Mais pas du 14 au 29/03. Jackie rejoint Michel, ou l’inverse.

    Philippe

    • Merci ! :- )

      Avant d’en acheter un quatrième, on va quand même ouvrir le tout premier moteur. Si ça se trouve son claquement n’était pas grand chose et ça ne coûtera que beaucoup d’heures de travail à… mon père. :-p Donc ça va se payer en bisous de petit-fils.

  2. Salut veinard ,
    regarde le coté positif de la chose et relis « nous rêvions juste de liberté  » et tu retiendras le bonheur d’avoir été pour quelque chose dans le fait de chevaucher ta belle …
    ( Papyyam parle de ta moto bien sur )
    Bisous à l’héritier

  3. Quelles deviennent belles tes galères racontées ainsi!!😍😄.
    Merci pour ce partage, je n’aurais su le dire….et le prendre avec une telle philosophie….mais bon….chuis une fille😆

  4. Le « trou d’air » est une pétoire d’anthologie (à mon humble…)
    Le seul et unique chop japonais beau et élégant…. y’en a pas d’autre.
    Alors même sans berlingue, je dirais que tu as fais bonne pioche !
    Une fois remontée, (par toi, en plus !) ça va envoyer…
    Et pour le son, replonge toi dans la vidéo de Lolo en Russie avec la 1200 multistrada : il rencontre un gazier avec un trou d’air d’un autre temps, filmé au drone, il déchire la Sibérie de son bruit indescriptible…
    Ca m’a foutu le frisson, bon Dieu !!!

  5. Boah ! Regarde le coté positif, tu as de la pièce a revendre, et a part un manque d’huile, ces moulin ne sont pas surexploité…
    3 moteurs, c’est largement assez de pièces pour en remonter 2 (bon, pt’etre qu’un)

    Donc programme:
    J1 – Sieste du matin: Nettoyage des moteurs
    J1 – sieste de l’après midi: Faire de l’ordre dans l’atelier pour ouvrir 3 moteurs
    J2 – Sieste du matin: tu prends le moteur qui était le plus sale (surement celui en meilleur état, vu qu’il a roulé) et tu démontes haut et bas moteur (en s’ordonnant un peu…)
    J3 – sieste de l’après midi: métrologie et bières pour s’en remettre

    J4: piratage des pièces sur les 2 autres moteurs
    J5 remontage
    J6: braoum !

    PS: la burette c’est pour la moto, le biberon pour le chiard, pas l’inverse

  6. Avec trois moulins, tu vas bien arriver à en refaire un fiable.
    Quitte à changer quelques pièces par des neuves comme les coussinets de bielle ou autre axe de piston, il est possible de faire cette opération avec un budget limité.
    En fait, c’est un moins bien pour un mieux.
    Il n’ y a rien de grave.
    Une bonne pompe à huile, c’est fragile sur les gros bi, cylindres et hop c’est reparti !
    Après la pluie vient le beau temps !!!
    Lionel

  7. Il est sympa ce petit Intruder j’espère que tu arrivera à le faire péter. Mais je préfère le Kawa 800 VN. J’avais un claquement aussi dans le moteur de mon 850 TDM, au final c’était la distribution qui était fatigué : 100€ et quelques heures de taf dessus et plus de soucI

    • La chaîne de distri fait parti des pistes à explorer en effet. Puis en y étant – si jamais la panne n’est pas énorme – on va en profiter qu’il soit ouvert pour changer tout ce qui tire un pu la tronche dedans histoire de repartir sur un moulin « neuf »

      Le 800 VN n’a pas de cardan par contre non ? J’aime bien le côté « je-suis-trop-fainénant-pour-graisser-ma-chaîne » du suz’.

  8. Je vois que je ne suis pas la seul lol

    J’ai acheter un 1000 Tomcat avec 90 000km ya 10 ans, sauf que le vendeur n’était pas aussi honnête que le tient, et en plus il n’avait fait que des conneries niveau meca … Depuis j’ai racheter un autre moulin (50 000km) sur lequel j’ai refait pas mal de choses : chaine de distri, pastillage, embrayage, chaine et tendeur d’alternateur et rampe de carbu a neuf… sauf qu’il tourne comme une patate (-_-). (et sur 3 cylindres mais parait que c’est plus écologique lol)

    Donc démontage et surprise : ce n’est surement pas 50 mais 250 000 km qu’il a le moulin. Du coup, je me suis retrouve comme un con a ne pas savoir quoi faire : racheter un moteur et tomber encore sur une merde ? revendre la bécane en pièce et en racheter une ? refaire le moteur (pas économiquement viable) ?

    Au final, j’ai arrêter de réfléchir et de penser « logique ». La partie cycle étant saine et refaite par mes soins, j’ai commander la revue technique, 4 pistons Wiseco (avec réalésage des cylindres) les joints qui vont bien, coussinets de bielles et de vilo et chaque semaines je vais remonter un morceau du puzzle …

    Au final ça va couter 2x le prix de la bécane, mais comme toi, j’ai la poisse avec mes meules… Au final, t’auras l’impression que c’est un peux toi qui l’aura construite cette meule 😉

    A la fin, n’hésite pas a revendre des pièces des blocs, sur le moment on se dit que ça ne vaut rien, mais y a toujours de quoi récupérer quelques centaines d euros (boite, embrayage, alternateur, démarreur, culasse, etc etc)…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here